karim

Karim Essemiani. « Centralités en Bretagne : osons plus de participation citoyenne »

Tribune. Karim Essemiani dirige la plateforme de crowdfunding 100 % bretonne GwenneG. Elle fait partie des nouveaux outils qui permettent de financer les entreprises en complément des circuits bancaires classiques. Et justement, face au déclin des centres-villes bretons, Karim Essemiani voit dans l’économie participative une solution possible.

« Le dernier rapport du CESER (Conseil économique, social et environnemental) porte sur la centralité et les centres-bourgs et centres-villes de Bretagne. Ce rapport démontre que la péri-urbanisation ainsi que l’évolution des modes de production, de consommation et de vie ont eu un impact négatif sur les centres (villes et bourgs).

Afin de palier ce phénomène de « dessèchement » des centres, le CESER préconise que l’ensemble des acteurs du territoire jouent un rôle majeur avec force de proposition afin de réinventer et d’imaginer la mise en réseau des centralités au service du bien vivre ensemble.

Des expérimentations en Bretagne

D’autre part, l’Etat, la Région Bretagne, l’Établissement public foncier de Bretagne et la Caisse des Dépôts Bretagne ont eu une démarche novatrice en sélectionnant au mois d’octobre 2017 60 expérimentations (60 communes) pour réinventer les villes et bourgs de Bretagne.

Ces expérimentations sont autant d’initiatives qui reflètent d’un côté le constat identifié par de nombreux acteurs économiques sur le chamboulement des centres, et de l’autre les initiatives toujours très innovantes en Bretagne pour répondre à ces nouveaux changements.

Qu’en est-il du rôle des citoyens Breton(ne)s dans ce cycle de mutation majeure ? Il est très important car l’habitant et consommateur Breton est lui-même acteur majeur dans cette mutation de la centralité, et pas seulement sur l’usage. En effet son implication et son engagement dans une consommation citoyenne et engagée est un élément central.

Comment garantir l’implication récurrente des citoyens ? Une piste intéressante à exploiter est le financement engagé des citoyens dans les projets économiques structurants pour les territoires. Comment ? Le Financement Participatif ou « crowdfunding » est un formidable levier d’implication des citoyens dans les projets du territoire.

Le crowdfunding, levier d’engagement et de participation

Pourquoi ? Parce qu’il n’est pas en concurrence mais complémentaire des mécanismes de financement classique et institutionnel, mais surtout parce que c’est un formidable levier d’engagement et de participation des citoyen·ne·s Breton·ne·s au travers de mécanismes de prêts rémunérés ou prises de participation au capital avec mécanismes de versement de dividendes.

Ces deux instruments financiers permettent au citoyen de financer les projets avec une perspective rémunératrice, un engagement éloigné de l’esprit d’un don caritatif. Ceci a un avantage non négligeable : une implication plus forte dans un acte de consommation locale avec une forte récurrence… élément central qui garantira demain la pérennisation des activités économiques présentes et futurs de nos centres villes et centres-bourgs ».

Karim Essemiani

 

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider