brest

Jours de liesse en Bretagne

Quelle semaine ! Même dans nos rêves les plus exotiques, on n’aurait pu imaginer un tel alignement des astres. Un scénario aussi bien ficelé. Autant d’événements aussi exceptionnels nous tombant du ciel en version bouquet de feu d’artifice.

Pensez donc. Une finale de Coupe du Monde de foot c’est pratiquement aussi rare qu’une baisse des impôts. Faut avoir vu ça au moins une fois dans sa vie. Et toute cette jeune génération qui depuis des lustres entend ses aînés parler de 98 va elle aussi l’avoir, sa finale de Mondial. Et dans toute la Bretagne, mardi soir, on a cru qu’elle était déjà gagnée tant il y a avait de liesse et de ferveur partout, dans les villes comme dans les moindres villages, pour rappeler que la Bretagne est terre de football. Et elle rêve du jour où elle aura cinq clubs en Ligue 1 avec Brest, Guingamp, Lorient, Nantes, Rennes, par ordre alphabétique.

Mais la Bretagne est aussi la fille aînée du cyclisme et c’est par centaines de milliers que les spectateurs s’agglutinent tout au long de ce Tro Breizh qui passe, entre autres, par Sarzeau, Lorient, Quimper, Carhaix, Mur-de-Bretagne, Brest, Fougères… Avec sa belle galerie de champions, au premier rang desquels figure Bernard Hinault, la Bretagne a toujours su accueillir le Tour qui adore pousser une pointe jusqu’au bout de l’Armorique, au point que Brest accueille cette année le Tour pour la 29e fois, ce qui n’est pas mince performance pour une ville aussi éloignée du centre de gravité de l’Hexagone.

Mais bien souvent hélas, ce sont des trombes d’eaux des orages d’été ou des rastachous d’hiver qui ont accueilli les coureurs, assombri les paysages et donné même des images catastrophiques de la Bretagne. Comme ce fameux départ de Saint-Brieuc, en 1996, sous des pluies diluviennes et des commentaires tellement acides qu’ils fâchèrent les Bretons avec Michel Drucker pendant quelques années, tant il en avait fait des tonnes sur la météo en Bretagne.

Cette fois, c’est sous un cagnard d’arrière-pays provençal que le Tour déboule, promettant des images somptueuses diffusées dans 190 pays et offrant du même coup la plus formidable campagne de pub dont la Bretagne puisse rêver. Alors on ne boude pas son plaisir. On prend tout. Ce Mondial magnifique, ce Tour homérique et ce cagnard féérique, en croisant les doigts pour que dimanche soir, la Bretagne nous fasse la fiesta la plus monumentale depuis le début du siècle !

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider