palet

Jouécabois. Le palet breton au pied du sapin

A l’ère de l’électronique, le jouet en bois n’est pas mort. Il a même retrouvé un regain de jeunesse, ces dernières années, en réaction à l’envahissement de l’univers des petits par des écrans de toute taille. Dans ce créneau, la société bretonne Jouécabois a trouvé son chemin. Depuis sa création en 2007, elle est devenue une référence dans la confection de jouets éco-responsables qui développent l’éveil et la créativité des petits tout en respectant des normes strictes pour l’utilisation, sans traitement, de bois issus de forets durablement gérées.

Mais la société ne se confine pas dans les joies du premier âge. Elle s’active aussi dans les jeux pour un public intergénérationnel. Dans le droit fil du succès des quilles finlandaises (qu’elle fabrique aussi), Jocabois met maintenant le palet breton au pied du sapin. Une planche, 12 palets et un maître (le cochonnet) duquel il faut s’approcher le plus près possible. Mais ces palets là ne sont pas des bouts de plastique de récupération. Comme l’exige ce jeu, il s’agit bien sûr de palets en fonte. Du lourd, qui tient bien dans les mains et traverse les airs dans une trajectoire bien tendue. Ici, le point n’est pas un fruit du hasard.

Vendu dans une gamme de prix oscillant entre 59 et 69 euros, ce jeu n’attend plus qu’un coup de pouce de Macron. Le palet de l’Elysée, ce serait aussi médiatique que la marinière de Montebourg.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider