parca

Ile de Groix. Les Parcabout séduisent même l’Asie

Courir, sauter ou jouer dans un filet suspendu… Même les adultes adorent ça. La preuve, sur les trimarans équipés de filets où les navigateurs sautillent comme le capitaine Haddock sur la lune. Mais c’est encore mieux sur les Parcabout, une spécialité de filets suspendus de l’île de Groix (Morbihan) qui marche très fort à l’export. Au point que même des Asiatiques font appel au savoir faire insulaire de la société Chien Noir, appellation héritée du surnom du boss de cette société Cédric Chauvaud.

Il est l’un des créateurs du Chien noir dont le fil conducteur est le cordage. Ce bon et solide cordage comme on sait le faire dans les îles plus qu’ailleurs, pour fabriquer des filets de pêche. Mais avec la civilisation des loisirs, les cordages ont trouvé des applications plus ludiques dont le Chien Noir a su faire son os.

Dans l’aéroport de Singapour

Créée en 2008, la société a mis au point le Parcabout, un concept de filets suspendus tenant à la fois du trampoline et du pont de singe. On n’est pas dans l’accrobranche mais sur une véritable surface permettant de jouer et sauter au beau milieu des branches des arbres.

Le Parcabout de Groix, par sa conception particulière et sa solidité à toute épreuve a su séduire les cirques ou les centres de loisirs. Mais les applications sont telles que la société est devenue aujourd’hui le premier employeur de l’Ile de Groix avec une quarantaine de personnes, moitié pour fabriquer les Parcabout, moitié pour aller rencontrer une clientèle de plus en plus lointaine mais aussi installer ces filets dans les arbres, les entretenir et éventuellement les réparer.

Comme l’araignée, le Parcabout a peu à peu étendu sa toile. D’abord sur le territoire national puis peu à peu en Europe, avec notamment plusieurs contrats en Grande-Bretagne, dont l’un pour l’installation dans une mine désaffectée. Mais le grand coup, le Chien Jaune vient de le réaliser en étant retenu pour l’installation de 500 m² de Parcabout dans un complexe de loisirs aménagé dans le nouveau terminal de l’aéroport de Singapour.

Une belle performance pour une entreprise insulaire et une magnifique vitrine pour le savoir-faire groisillon, dans cet aéroport qui, chaque année, voit passer plus de 60 millions de passagers.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider