energie_hydrolienne_207324

Hydroliennes. Première mondiale à Bréhat

Imaginez vous devant une forme ronde, comme la bouche d’un réacteur d’avion, haute de cinq étages ! C’est la vision qu’ont désormais les poissons au large de l’île de Bréhat et de Paimpol (Côtes-d’Armor) par 35 mètres de fond. Et s’il ratent la première forme, ils ne pourront pas manquer la seconde, à peine distante d’une dizaine de mètres.

Ces nouvelles installations, à 16 kms de la côte, ce sont les deux hydroliennes jumelles conçues et posées par EDF-DCNS qui se sont lancés conjointement sur le marché des nouvelles énergies avec une déclinaison dans l’hydrolien marin qui, à ce jour, ne fonctionne en France qu’à Ouesssant. Une hydrolienne installée par la PME quimpéroise Sabella alimente l’île en électricité.

Directement dans le réseau national

La première hydrolienne était déjà en place et la seconde, récemment inaugurée à Brest par Ségolène Royal, ministre de l’Environnement et de l’Energie, a été immergée avec succès lundi. Les deux seront couplées pour produire un mégawatt d’électricité à partir de cet été pour ce qui va constituer une première mondiale. Grâce à un convertisseur sous-marin, l’électricité produite dans les courants de Bréhat sera directement injectée dans le réseau national de distribution d’électricité. C’est ici que se situe l’innovation technologique majeure.

Sur le plan de la quantité produite, en revanche, la performance reste mineure puisqu’elle ne représente que l’équivalent de la consommation de 1.500 foyers. Mais il faut savoir qu’ici on est encore au stade de l’expérimentation dans une technologie encore balbutiante. Mais qui progresse vite car ce sont des engins de deuxième génération qui ont été installés dans cette petite ferme sous-marine servant de test en situation réelle pour des implantations de plus grande envergure. EDF et DCNS seront en effet encore associés pour le projet d’une ferme de sept hydroliennes dans les forts courants au large de Cherbourg, dans la continuité de celle de Bréhat. En Normandie, cette installation produira 7 mégawatts soit l’équivalent de 10.000 foyers.

Mais on n’en est pas encore là. Bréhat va ouvrir la voie et la faune aquatique, selon les responsables du projet, ne semble pas du tout troublée par cette installation. A les entendre, elle a même déjà colonisé le cable sous-marin de 16 kms qui relie l’installation au continent. La population locale, elle non plus, n’a pas manifesté d’opposition. Il est même assez rare, souligne un des responsables d’EDF, de rencontrer si peu de réserves  pour ce type d’installation.

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider