hydro

Hydroliennes. Pas de pôle à Paimpol

Nicolas Hulot vient d’avouer qu’à son avis, la France aura bien du mal à tenir son pari de ramener, en 2025, la part du nucléaire à moins de 50 % de la production d’électricité dans le pays. On le croit sur parole quand on mesure les avatars que connaissent les nouvelles technologies en Bretagne, tout particulièrement celles envisagées sur le domaine maritime, censées contribuer au basculement dans les énergies de demain.

Dernier épisode en date, la fin de l’expérimentation menée sur le site de Paimpol-Bréhat par la société Open-Hydro, conduite par Edf et une filiale de  Naval Group (ex-DCNS). L’entreprise a fait savoir qu’elle n’irait pas plus loin dans cette phase et qu’elle se retire de Bretagne pour concentrer ses recherches du côté de la côte-est du Canada. Ce retrait soudain douche les espoirs des élus de la région paimpôlaise qui voyaient dans cette expérimentation les prémices d’un pôle de développement breton pour l’hydrolien.

Sur l’île d’Ouessant, aussi, on continue à miser sur cette technologie marine mais l’espoir de voir une ferme d’hydroliennes dans le Fromveur est remise à une date ultérieure. Une enquête publique est certes en cours mais elle est purement formelle et ne constitue qu’un début de commencement de projet futur. Et d’autant plus lointain que l’hydrolienne de la société quimpéroise Sabella, immergée dans le Fromveur, voit son programme prendre du retard. Retirée de l’eau l’an dernier, elle aurait dût être à nouveau immergée en cette fin d’année après réparations et mises au point techniques. Mais la direction a récemment fait savoir que, finalement, la remise à l’eau ne se fera qu’à l’hiver 2018.

Quant aux projet d’éoliennes marines (flottantes ou sur socle) ils avancent aussi au ralenti, surtout depuis que Areva et Alstom se sont retirées de ce segment pour se concentrer sur leur coeur d’activité, après les difficultés financières que l’une et l’autre ont connues.

Autant dire que si on se réfère à la situation actuelle en Bretagne, Nicolas Hulot ne s’avance pas trop quand il pronostique qu’en 2025, on n’y sera pas encore !

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider