Hop-Brit’Air ou le scénario du pire

Vous êtes dans un avion qui s’apprête à décoller. Mais le commandant de bord prend la parole et annonce : « En raison d’un encombrement dans le trafic aérien, nous ne serons autorisés à décoller que dans deux heures environ. L’équipage et moi-même vous présentons toutes nos excuses pour ce contretemps ».

Dans la cabine tous les passagers râlent. La mauvaise humeur s’installe. Une demi-heure plus tard, le commandant intervient à nouveau  : « La Direction de l’aviation nous informe que les conditions se sont améliorées et que nous allons pouvoir décoller dans un quart d’heure ».

Dans la cabine, tout le monde applaudit et la bonne humeur revient au galop. Conclusion : les passagers sont heureux alors que l’appareil va décoller avec trois quarts d’heure de retard. C’est ce qu’on appelle la stratégie du pire. Vous annoncez le pire scénario et quand vous revenez en présenter un moins douloureux, vous faites des heureux.

Si on veut extrapoler un peu, c’est ce qui se passe en ce moment du côté d’Air-France. A Morlaix, pour la filiale Hop-Brit’Air, la suppression d’une centaine d’emplois avait été annoncée lors d’un comité d’entreprise de juillet dernier.

Mais vendredi, à l’issue d’un nouveau CE, c’est le chiffre de 58 suppressions qui a été arrêté, provoquant une certaine satisfaction chez les délégués du personnel et un peu de soulagement chez les employés de la filiale. C’est moins pire que prévu. Idem, dans la maison mère. Le PDG d’Air-France n’ y est pas allé avec la dos de la cuiller en annonçant 2.500 suppressions d’emplois si son plan n’est pas adopté.

Depuis, le Pdg Alexandre de de Juniac a indiqué qu’on pouvait éviter tous les licenciements avant de remonter jusqu’à 1.000 « sous formes de départs volontaires » dans ses dernières déclarations, sans provoquer de nouvelles manifestations. En montant à 2.500, il a agi comme le commandant de bord annonçant deux heures de retard. Le même scénario du pire…

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider