Harmony-of-the-Seas-water-slide-and-itinerary-discussed

Après l’Harmony, huit paquebots à livrer d’ici 2020.

Ce fut l’attraction du week-end en Bretagne. Des dizaines de milliers de visiteurs se sont massés en bordure des côtes pour voir le départ du paquebot Harmony of the Seas à destination de l’Angleterre pour son premier voyage. Tous ceux qui ont pu apercevoir, même de loin, la silhouette massive de ce bateau hors normes ont pu constater qu’il mérite bien son titre de bateau de croisière de tous les superlatifs. Il est certes moins long que certains porte-conteneurs (notamment le français Kerguélen, mis à l’eau l’an dernier) mais sa hauteur sur l’eau lui donne la taille d’un immense immeuble vertical dont on se demande comment il fait pour tenir aussi bien la mer.

C’est une ville flottante, disent les connaisseurs, mais quand on jette un coup d’oeil à l’intérieur, ce serait plutôt Las-Végas-les-Flots tant l’aménagement à l’américaine semble tirer son profil des hôtels de la capitale des jeux avec tobbogan géant, jardins aménagés, salle de casino et tout le rutilant qui va avec.

Commande record pour MSC

Les 6.000 ouvriers de Saint-Nazaire (dont 3.500 en sous-traitance) n’auront pas le temps de fêter bien longtemps les performances techniques et la mise à flot du Harmony of the Seas. Il faut rapidement se remettre au travail car le plan de charge du chantier est d’ores et déjà plein jusqu’en 2020. Plus la moindre place n’est disponible dans les cales de Saint-Nazaire qui doivent mener à bien la construction de huit paquebots, pas moins, avant 2020. Deux pour Royal Caribbean Cruise Line, deux pour Celebrity Cruises (tous deux américains) et quatre pour la compagnie helvéto-italienne MSC Croisières.

Tous ces chantiers sont dans les tuyaux mais MSC Croisières, on le sait, a réservé une surprise de taille au chantier en passant, en ce début d’année, un méga-contrat : quatre paquebots géants pour un montant de quatre milliards d’euros. Le plan de charge étant actuellement saturé, la livraison de ces quatre paquebots s’effectuera entre 2022 et 2026, assurant du travail au chantier pour au moins dix ans. Jamais Saint-Nazaire n’avait eu une telle visibilité sur des chantiers civils tandis que le long des quais, deux autres navires très médiatisés attendent leur tour de partir. Il s’agit des deux Mistral qui devaient être livrés à la Russie et qui, en raison de l’embargo, mettront le cap sur l’ Egypte après adaptation.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider