es

Golf : Trump va putter avec des clubs des Côtes-d’Armor !

Mieux qu’un « birdie », encore plus fort qu’un « eagle », la société Armor-Méca vient de réussir son plus beau coup de golf. Elle a fabriqué les nouveaux putters de Donald Trump, ces clubs de golf utilisés sur les greens, zones d’herbe tondue à ras où se trouve le trou que le golfeur doit atteindre.

Le président des Etats-Unis vient de s’en faire livrer trois, avec trois finitions différentes, une brute, une noire, une dorée. Chacun de ces putters a été gravé à son nom, et aux couleurs bleu blanc rouge du drapeau américain. On y a aussi inscrit le chiffre 45, puisque Donald Trump est le 45e président des Etats Unis. Autre fierté de la société basée à Pleslin-Trigavou, dans la périphérie de Dinan, c’est d’avoir aussi apposé sur les têtes des club la signature « made in France ».

Le président des Etats-Unis a essayé ses nouveaux putters sur le parcours du « Trump National Golf Club » à Jupiter en Floride.

Sous la marque Argolf

Voilà maintenant deux ans, que la société bretonne commercialise ses clubs en Amérique sous la marque « Argolf ». La marque bretonne commence à se faire une bonne réputation sur le marché du matériel de golf, dans un pays où l’on compte plus de 25 millions de pratiquants. Autre joli coup de pub, pour les fabricants bretons, le golfeur américain Kenny Perry a remporté cet été l’US Open senior (un des plus grands tournoi du pays) équipé du modèle Pendragon, l’un des putters de la gamme Argolf.

Fondée en 1965, l’entreprise « Armor-Méca », qui est aujourd’hui dirigée par les frères Olivier et Sébastien Colas est spécialisée dans l’usinage de pièces de précision (à base d’aluminium, de titane, et d’autres superalliages). Si elle a récemment ajouté le golf à ses spécialités, elle est avant tout tournée vers l’aéronautique et compte parmi ses clients Airbus, Boeing, Thalès…

Armor-Méca travaille également pour l’industrie militaire (fabriquant notamment certaines pièces des avions Rafale), ce qui lui a valu voici quelques mois la visite de Jean Yves Le Drian, encore ministre de la Défense et venu en voisin. A l’occasion de cette venue Sébastien Colas avait annoncé au ministre que l’entreprise qui compte aujourd’hui 135 salariés ,« prévoyait d’embaucher 100 personnes supplémentaires d’ici 2020 ».

Patrick le Nen
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider