gly

Le glyphosate en reprend pour cinq ans

18 voix pour, 9 contre (dont la France) et une abstention : ce lundi, les pays membres de l’Union européenne ont donné une majorité qualifiée pour autoriser l’utilisation du glyphosate pendant encore cinq ans. On pensait que le résultat serait plus serré mais il faut croire que la pression mise par des instances agricoles de l’Europe entière ont fait nettement pencher la balance en faveur de la prolongation de cet herbicide très contesté.

D’abord mis au point par la société Monsanto pour son célèbre Round’Up, le glyphosate est maintenant utilisé par de nombreux fabricants de produits agricoles mais des études ont fini par le classer comme « cancérogène probable », provoquant le lever de boucliers de multiples associations de consommateurs et d’écologistes. D’autres études, dont une très récente d’un organisme américain référencé, estime au contraire que rien jusqu’à ce jour ne prouve la dangerosité de ce produit sur la santé humaine et animale. Quant aux agriculteurs, ils penchent très majoritairement pour son usage, faute d’alternative à la hauteur des services rendus par cet herbicide ;

La polémique va donc redoubler de plus belle mais aussi valoriser un peu plus les produits bio vers lesquels se tournent de plus en plus de consommateurs, entraînant un mouvement parallèle chez les agriculteurs de plus en plus nombreux à se convertir.

Mais à ce jour, en Bretagne, les utilisateurs du glyphosate sont encore ultra-majoritaires, faute d’alternative. Du moins pour l’instant, car c’est aussi en Bretagne qu’a été mis au point l’Osmobio, l’herbicide naturel, auquel France 2 consacrait un reportage, ce lundi, au moment même où le vote intervenait à Bruxelles sur le glyphosate.

Pierre Vincent
2 Commentaires
  1. RICHARD

    ne pas l’acheter et boycotter ce produit !!!c’est facile et ne leur rapportera pas d’argent à Montsanto

  2. raoul

    le glyphosate n’est peut-être pas cancérigène mais la prévention des risques professionnels des herbicides n’ en est pas moins indispensable : Si les herbicides sont moins toxiques que les insecticides, les effets aigus et chroniques associés aux herbicides sont néanmoins souvent à la base de troubles cutanés, ophtalmologiques, digestifs et neuromusculaires et certains sont allergisants. De plus, plusieurs herbicides sont classés comme comme perturbateurs endocriniens : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=533

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider