emp

Les généreux dessous d’Empreinte

Empreinte, c’est la Brestoise qui se penche sur les poitrines de ces dames, l’entreprise de corsetiers qui sublime les décolletés, de collaborateurs aux doigts de fée. Forte de 73 ans d’expérience, la société de confection intime sobre & chic s’est construit une solide réputation.

Plus attachée encore à magnifier les poitrines généreuses en toute délicatesse et préciosité qu’elle ne l’a été, Empreinte est d’abord née de l’idée d’un bandagiste et fils de pharmacien de proposer des produits à la fois gainants et confortables.

C’est en 1946 que Jean Le Her s’associe à une modéliste pour développer des produits qui prennent en compte la profondeur de bonnets, et plus seulement le tour de dos comme cela était le cas par le passé. Les soutien-gorge épousent les seins. L’alliance vit un succès. Lorsque Raymond Nicol reprend la Maison, il s’associe à sa femme pour sortir les dessous d’Empreinte hors des frontières françaises et diversifier l’activité aux maillots de bain. Un virage dans les temps. La lingerie gainante, alors, est passée de mode.

Des matières et le savoir-faire de petites mains

Le dirigeant actuel, Philippe Berthaux, a quant à lui repris l’affaire en 1998 après avoir largement fait ses armes dans l’univers de la lingerie. Il y a vingt ans, il se donne pour double objectif de moderniser la marque et de renouveler les collections plus souvent. Sans lâcher la ligne directrice de confort et de maintien qui définit la marque, il veut davantage exprimer la beauté et référencer plus de couleurs. Et à plein rebours du diktat de la maigreur et d’une anorexie sensément chic, Empreinte, elle, n’a d’yeux que pour les formes. Ni bonnets A, ni même bonnets B, ici… On s’attarde sur les formes et le raffinement, le sobre chic.

Le chic de matières italiennes et espagnoles pour les maillots de bain, de broderies de France, de Suisse et d’Italie pour les dessous, et de savoir-faire délicats où « les mains racontent une histoire [et] dessinent, mesurent, attachent, piquent, coupent, pincent, posent, étirent, soutiennent », des « petites mains » détentrices « des savoir-faire et des connaissances qui en font des maillons indispensables à l’ouvrage » des corsetiers, pour reprendre les mots de l’auteur-photographe Nathalie Louis.

Un positionnement haut de gamme et généreuses poitrines

Exit les bonnets en lycra ici. Le polyamide et le polyester apportent la rigidité qui fait le bonheur de ces dames, mais nécessitent un fin doigté, de même que les tulles brodées sans couture, qui font d’Empreinte l’unique corsetier capable de les mouler dans de grandes tailles, et qui ont valu à la marque et sa gamme « Révolution » le Grand Prix bien-être Marie-France dans la catégorie textile. Une reconnaissance supplémentaire, pour la société bretonne qui réussit à poursuivre ses activités sur une croissance stable de 1,5 % par an et tire donc son épingle du jeu dans un marché hyper-concurrentiel.

Pour l’expliquer, il y a le fait que positionnement haut de gamme, évidemment, souffre moins de la baisse du pouvoir d’achat (le panier moyen de la Française se limitant à 30 € par an) et dans la même lignée, cette volonté affichée de ne pas se fondre dans la masse: la jungle du Net. « Notre présence en ligne se limite à notre propre site marchand et aux sites de trois pureplayers que sont Glamuse, Dessus Dessous, et Mes Dessous », détaille la directrice commerciale, Marketing et création, Magalie Le Banner.

De fait, « Empreinte reste un petit acteur mais à grosse réputation » qui devrait encore pouvoir regarder l’avenir sereinement à en croire les stats’: les morphologies changent et les « avant-coeurs » ainsi baptisés par Honoré de Balzac, gagnent en volume…

______________________

Empreinte en chiffres

– Chiffre d’affaires 2018: 20 ME.
– La marque spécialiste de dessous pour poitrines voluptueuses réalise 52 % de ses ventes en bonnets C et +.
– Les bonnets D et + représentent un quart des ventes.
– Part des maillots de bain: 15 %.
– Empreinte est présente dans 650 points de vente en France, et possède trois boutiques en nom propre à Paris, Strasbourg et Londres.

Manon Motir
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider