eolien

Le formidable potentiel de l’éolien en mer

L’éolien en mer a tendance à patiner dans notre pays. Ca n’avance pas, pour au moins trois raisons. La France a fait le pari du nucléaire et n’a pas beaucoup investi dans les énergies alternatives, accumulant ainsi du retard par rapport aux grands pays voisins. Et puis, pas de bol : deux géants nationaux se sont engagés résolument dans l’éolien marin avec l’ambition de devenir des leaders mondiaux. Mais le flop a été monumental : Areva comme Alstom ont finalement jeté l’éponge. Et pour compléter le panorama, notre arsenal juridique est ouvert à tous les vents des recours et contestations, ce qui ajoute généralement quelques années d’inertie sur le calendrier des projets.

Et pourtant, l’énergie éolienne recèle un formidable potentiel. Des chercheurs américains de la Carnegie Institution for Science viennent de le certifier, dans une étude consacrée aux fermes éoliennes en haute mer. Selon eux, la force des vents rencontrés sur les océans pourrait générer une puissance cinq fois supérieure à celle des turbines sur le sol ferme.

Ces chercheurs ont pris en compte tous les paramètres, notamment la force des vents en mer captées dans les basses couches de l’atmosphère et en ont conclu que le potentiel éolien pourrait suffire à fournir toute la planète en énergie, du moins pendant l’hiver de l’hémisphère Nord. Rien que ça.

Cette étude confirme que la mer est bien l’avenir de l’énergie terrestre mais ces chercheurs font l’impasse sur trois problématiques majeures. D’abord, comment fixer des éoliennes géantes en haute mer ? Secundo, comment mettre au point un matériel éolien assez solide pour résister à des vents qui, en haute mer, peuvent souvent dépasser les 200 kms au ras de l’eau et bien plus en altitude. Enfin, comment acheminer le courant sur des longues distances sans qu’il perde, en chemin, une bonne partie de sa puissance électrique.

C’est l’un des écueils auxquels se heurtent aussi ceux qui pensent que des méga-champs de panneaux solaires dans le Sahara pourraient alimenter une bonne partie de l’Europe. L’électricité est un extraordinaire trésor d’énergie. Mais elle se stocke très mal et ne voyage pas mieux.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider