Femmes de Bretagne, une union qui gagne

En Bretagne, les femmes sont souvent en avance sur leur temps. Le matriarcat a été ici une réalité, surtout à la pointe armoricaine, et bien des avancées sur le plan politique, électoral ou social ont témoigné de la capacité des Bretonnes à passer à l’action et à prendre des initiatives sans attendre que les hommes le fassent pour elles. Il ne faut pas chercher plus loin ces bonnes habitudes qui classent les femmes bretonnes parmi les plus actives mais aussi les plus coopératives puisque la Bretagne a été et reste encore un terreau du mutualisme et des coopérations en tous genre.

C’est sous ces bons auspices qu’est née, il y a cinq ans, l’association Femmes de Bretagne qui s’est fixée pour objectif de créer un réseau où les femmes qui entreprennent se soutiennent et s’entraident dans leur tâche de dirigeante. A l’initiative de deux Bretonnes, Marie Eloy et Elena Maneru, cette association a rapidement fait les preuve de son utilité alors que 30 % des entreprises bretonnes sont dirigées par des femmes et, chiffre plus significatif, 14 % seulement avec des effectifs de plus de 10 salariés.

En multipliant les rencontres et les initiatives, l’association a réussi à rassembler puisqu’elle compte actuellement 1.200 adhérents dans les cinq départements (Loire-Atlantique comprise) et 79 coordonnatrices sur le terrain, chargées d’organiser les rencontres entre adhérente mais aussi de promouvoir des événements.

La réussite est telle que l’association a décidé de sauter le pas et de créer maintenant Femmes des territoires, un réseau qui vient d’être inauguré dans la capitale et couvrira l’ensemble de l’Hexagone. C’est dire si ces Femmes de Bretagne ne manquent pas d’ambition, au point de faire aujourd’hui le pari très ambitieux de compter 75.000 membres dans cinq ans.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider