jen

Il faut sauver la ferme de Jean-Pierre

On aurait préféré ne plus parler de Jean-Pierre Le Guelvout, ancien candidat de « L’amour est dans le pré », tant les circonstances de son retour médiatique sont tragiques : Jean-Pierre s’est donné la mort dans sa ferme à Moréac, au coeur du Morbihan. C’était il y a presque un mois, le 14 décembre 2016.

Depuis ce jour glaçant, Fabienne et Marie –ses sœurs- et André -son frère et associé- se battent pour sauver l’exploitation familiale et éponger les dettes.  Ils ont créé l’association « Jean-Pierre », ouvert une page sur le site collaboratif Leetchi : ils espèrent récolter 50 000 euros, ce qui leur permettrait de payer l’employé qui a pris cette funeste relève pendant un an et de régler les dettes fournisseurs.

Le monde agricole en berne

Ce cas de suicide n’est pas isolé et dépasse bien les frontières du Centre-Bretagne, pourtant très touché. Jean-Pierre Le Guelvout était entouré, aimé par ses proches, mais il n’aura pas survécu à l’épuisement physique et moral que demandait son activité et l’a écrit avant de passer de l’autre côté : « Les vaches m’ont tué ».

Une étude de la Mutualité sociale Agricole menée de 2008 à 2013 montre qu’un agriculteur se suicide tous les deux jours en France. Entre 2010 et 2011, près de 300 agriculteurs éreintés, dépressifs, étouffés par l’angoisse, ont fait ce choix tragique. Et ils sont bien plus nombreux encore à y avoir songé au moins une fois. Pressions familiales, sociales, dettes, cours qui dégringolent et peuvent détruire l’exploitation d’une vie, voire de plusieurs : les raisons sont multiples. Pas de répit, c’est ainsi : du 7j/7, lever aux aurores et coucher tard le soir, tous les jours de l’année.

Jean-Pierre, lui, n’arrivait plus à se dégager de salaire depuis des mois et trimait corps et âme. L’argent, c’est le nerf de la guerre, et les crises économiques sont tristement liées aux vagues de suicide chez les agriculteurs. Selon Le Monde, un tiers des agriculteurs français a touché moins de 350 euros par mois en 2015. « On vous nourrit mais on crève », peut-on lire les pancartes des nombreuses manifestations du monde agricole.

Alors cette énième mort qui témoigne du drame qui se joue depuis des décennies dans le monde agricole ne doit pas être tue.

 

Donner sur Leetchi : https://www.leetchi.com/c/association-de-jean-pierre-15219850

Donner et soutenir par voie postale : Association « Jean-Pierre », Kerlego, 56500 Moréac.

Fanny Degorce
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider