Des tensions entre pêcheurs

Sommaire

La Plate-forme de la petite pêche artisanale a réagi aux préconisations de Bruxelles en estimant que « les petits bateaux ne sont en rien responsables de la situation catastrophique. Leurs prélèvements sont restés stables contrairement à ceux des chalutiers de fond et chalutiers pélagiques. Depuis vingt ans, ajoutent-ils, nous assistons impuissants au pillage de la ressource de bar par les gros navires, chalutiers pélagiques, chalutiers de fond, senne danoise et gros fileyeurs, sous la protection des structures dites représentatives de la pêche professionnelle ». Ces pêcheurs entrevoient « la disparition de centaines d’emplois et l’arrêt brutal d’une filière économique basée sur une pêche respectueuse de la mer et du poisson » .

Les ligneurs de la Pointe de Bretagne parlent eux aussi « d’arrêt de mort pour les entreprises qui vivent de cette technique de pêche. Ils demandent qu’un dinstinguo soit fait entre les zones du large et les zones côtières « pour assurer le maintien d’une activité artisanale essentielle à la vie des communautés côtières ».

René Perez

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider