eoliennes-marines-bretagne

La concertation autour de l'implantation d'éoliennes marines a davantage fonctionné à Groix qu'en baie de Saint Brieuc

Bretagne. Les éoliennes marines passent mieux au nord qu’au sud

La contestation est toujours aussi virulente contre les premiers travaux d’implantation d’éoliennes marines en baie de Saint-Brieuc. Les manifestations, surtout à l’initiative des pêcheurs, se déroulent aussi bien sur terre qu’en mer et cette tension commence à inquiéter sérieusement les autorités locales et régionales.

Dans le sud, en revanche, cela se passe nettement mieux, du moins pour l’instant, puisque les pêcheurs ont été associés dès les premières études et que leur avis, de toute évidence, est pris en compte. C’est ce qui ressort du feu vert que vient de donner l’État, par la voix de Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. Une zone de 130 kms2 vient d’être retenue au large de Groix et Belle-Île pour l’implantation d’un premier parc d’éoliennes flottantes, d’une puissance de 250 Mgw, soit à peu près l’équivalent de 200 éoliennes terrestres de puissance moyenne.

Un deuxième projet d’éoliennes marines au sud

Cette décision fait suite au débat public qui s’est achevé il y a trois mois environ pour définir le périmètre de ce projet, après concertation avec les industriels, les pêcheurs et la population. « Cela correspond à la zone que nous avions proposée » indique Olivier Le Nezet, le président du comité régional des pêches qui se félicite de cette concertation en regrettant qu’une tel rapprochement des points de vue n’ait pas réellement eu lieu en baie de Saint-Brieuc. En revanche, l’association Gardiens du Large indique qu’elle continuera à demander l’interdiction d’implantation d’éoliennes en mer.

Prochaine étape : l’appel d’offres destiné aux industriels. Il sera lancé en septembre et le lauréat sera désigné début 2022 pour un lancement des travaux envisageable en 2023.  Un deuxième projet est dans les cartons, au sud de ce secteur Groix-Belle-Île pour l’implantation d’ autres éoliennes flottantes d’une puissance maximum de 500 Mgw. Il dépendra bien sûr de l’évolution de ce premier projet.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider