eo

Feu vert de l’Europe aux éoliennes flottantes de Groix

Bruxelles vient de donner son accord au projet d’installation de quatre éoliennes flottantes en mer, situées entre Groix et Belle-Ile-en-Mer, à une trentaine de kilomètres du littoral. Trois autres projets envisagés en Méditerranée ont également reçus l’approbation des dirigeants européens, étape indispensable au lancement du montage financier. Le programme breton, estimé à environ 200 millions, bénéficie comme les trois autres d’une double intervention de l’État. Pas le biais de subventions à l’investissement et d’aides au fonctionnement sur le prix d’achat de l’électricité.

Ce soutien financier de l’État, qui nécessitait une approbation des instances européennes, va permettre d’accentuer la recherche et le développement d’une technologie nouvelle qui promet beaucoup mais qui est d’une redoutable complexité technique. Ces plates formes ne reposant pas sur les fonds marins peuvent être installées loin du littoral. Mais elles nécessitent des prouesses techniques pour que le structures flottantes, les mâts et les pales résistent à des vents qui peuvent atteindre les 200 kilomètres au grand large quand rien ne vient s’opposer à leur emballement.

Cette ferme éolienne de 24 mégawatts pour 25.000 habitants (un mégawatt équivaut à environ 1.000 habitants) sera reliée au continent par un câble sous-marin d’une trentaine de kilomètres, avec une mise en service prévue en 2021. Les turbines de technologie General Electric seront montées à Saint-Nazaire et les engins assemblés sur le polder de Brest qui vient de subir de très gros travaux de confortement pour accueillir ce type d’activité.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider