Mont_Saint-Michel_en_gros_plan

Entre Normands et Bretons querelle sur le Mont

Ca faisait longtemps qu’on n’avait pas eu une petite querelle entre Normands et Bretons à propos du Mont Saint-Michel. Un petit esclandre, une légère algarade pour réveiller une tradition qui avait tendance à s’assoupir, sous le couvert de la mondialisation galopante et du politiquement correct.

Donc, on ne remerciera jamais assez David Nicolas, le maire d’Avranches, littorale commune normande, d’être remonté au créneau avec presqu’autant d’ardeur qu’un sénéchal du temps jadis pour menacer ces mécréants d’Armoricains de leur balancer une marmite d’huile bouillante sur la tronche pour leur apprendre à vivre. Oui, merci à lui, car à part la campagne électorale, on n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent en ce moment.

Or donc, le premier magistrat d’Avranches n’a pas eu à sonner de l’olifant du haut de sa tour, ni à faire appel à un pigeon voyageur puisque de nos jours, la diablerie facebook permet d’envoyer un message urbi et orbi sans même avoir un octroi à payer à une quelconque seigneurie locale.

Et qu’a donc le sieur Nicolas à clamer à l’adresse de ces bougres de Bretons ? Que leurs communicants ont une façon « pure et simple de s’annexer la baie du Mont Saint-Michel. Et tant qu’on ne dira rien, ils continueront inlassablement jusqu’à ce que définitivement, toute la baie du Mont-Saint-Michel soit en Bretagne. En Normandie, nous respectons trop nos voisins pour revendiquer leur pré ».

Diantre ? Les communicants voisins auraient-ils nuitamment tenté une entrée en force dans l’enceinte du Mont ? Leurs sapeurs auraient-ils miné les remparts pour mettre ce pauvre saint Michel le cul par dessus tête ? Non, c’est plus grave que ça ! Le vigilant maire d’Avranches s’est aperçu qu’un document du comité régional du Tourisme de Bretagne classe le Mont parmi les dix destinations bretonnes à visiter. Le document en question ne date pas d’aujourd’hui mais il semble lui avoir fait plus d’effet qu’une photo de la gironde Kardashian dans la basilique du Mont. Et l’affaire fait un peu de reuze sur facebook.

Alors peut-être faut-il rappeler que si dans sa folie, le Couesnon a mis le Mont en Normandie, les travaux récents l’ont singulièrement rapproché de l’Armorique cabocharde. Mais surtout, les Normands ont sollicité les Bretons pour le financement de ces travaux gigantesques. Pas quelques espèces sonnantes et trébuchantes, non, c’est par dizaines de millions d’euros que la région Bretagne a pris sa part et l’a maintenue malgré les mauvaises manières d’élus locaux sur l’organisation des transports qui ont ensuite été sanctionnés par la justice. En faisant ainsi appel au financement breton, les Normands n’ont-ils pas de facto donné une dimension au Mont qui transgresse les frontières régionales.

Et puis, en faisant ainsi de la pub pour le Mont dans leurs documents touristiques, les Bretons ne contribuent-ils pas à à grossir le flux des touristes en direction de la Huitième Merveille du Monde pour le plus grand bonheur des échoppes normandes ? Alors le maire d’Avranches devrait plutôt se réjouir pour toute cette pub gratuite.

En tout cas, merci à lui d’avoir contribué à réveiller une tradition multiséculaire entre Normands et Bretons. Par les temps qui courent, ça fait du bien de parler d’autre chose.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider