Emploi en Bretagne. Une batterie de bons chiffres

Les bons indicateurs économiques enregistrés par la Bretagne, depuis un an, viennent d’avoir une traduction doublement chiffrée. La semaine écoulée, les chiffres mensuels du chômage puis ceux de l’intérim ont témoigné que ce début d’automne a des allures d’été indien quand on met sur la table tous les indicateurs du marché du travail en Bretagne.

D’abord, ceux de Pole Emploi pour le mois de septembre, qui ont donné pour l’Hexagone une baisse de 1,5 % des demandeurs de catégorie A, inédite depuis la crise de 2007. Et pour la Bretagne, le différentiel est encore plus spectaculaire puisque la baisse pour ce mois-là est de 3,6 % en Bretagne, avec une répartition homogène : – 3,3 pour le Finistère, -2,4 en Côtes-d’Armor, – 3,4 en Morbihan et – 4,6 en Ille-et-Vilaine.

Alors, bien sûr, on sait qu’il faut prendre ces indicateurs avec beaucoup de précautions car quand on entre dans les statistiques intégrant toutes les catégories de demandeurs d’emplois, les chiffres sont moins flatteurs. Mais une donnée qui n’émane pas de comptabilité publique vient corroborer les statistiques de Pole-Emploi. Le site privé Regionjob, l’un des plus importants du pays, indique qu’en ce troisième trimestre, la Bretagne a enregistré une hausse de 57 % des offres d’emplois, par rapport à la même période de l’an dernier, ce qui la situe en seconde position dans l’Hexagone, derrière Paris. Une place flatteuse qui tient, en partie, aux recrutements dans l’industrie, et en premier lieu l’agroalimentaire, alors qu’au plan national, le secteur industriel ne crée pas d’emplois.

Et puis, en fin de semaine, un nouvel indicateur est venu accorder encore plus de crédit à cette tendance générale, celui de l’emploi intérimaire. Il a encore grimpé de 17 % en septembre en Bretagne (dernier mois référencé), ce qui en fait la région enregistrant la plus forte progression du pays à 13,4 % contre 8,5 % pour la moyenne nationale.

Et c’est dans le détail de la ventilation par département que se cache la réalité du marché du travail breton  : l’intérim a progressé de 15,2 % en Finistère, 0,3 % en Côtes-d’Armor, 7,1 % en Morbihan et… 33,7 % en Ille-et-Vilaine. La vraie photographie de l’emploi en Bretagne tient en ces quelques chiffres.

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider