bbe

Emojis. Le Gwen-ha-du sur un podium mondial

On les appelle émoticônes. Ou plus généralement émoji, mot d’origine japonaise signifiant « petit picto qui donnera la fraîcheur de la rosée sur le gazon de tes écritures ». Ou quelque chose comme ça. Et nous savons tous à quel point ces petits pictogrammes connaissent un succès planétaire, ponctué par l’ Emoji Day qui comme son nom l’indique, est la journée mondiale consacrée à ces petits bidules pictographiques qui se comptent aujourd’hui par centaines de milliers dans le monde.

Le 17 juillet, jour Ji comme émoji, le site mondial Emojipedia a salué les pictogrammes rencontrant la plus grande renommée planétaire mais a aussi invité les internautes à voter pour ceux qu’ils voudraient voir entrer parmi les émojis officiels que ce site répertorie avec le zèle d’un haut fonctionnaire de l’Unesco.

La diaspora mobilisée

Et vous savez quoi ? Sur le podium figure en numéro un, le maté, une célèbre boisson sud-américaine à base de feuilles infusées, comme le tea anglais, sauf qu’on ne lève pas le petit doigt quand on la boit. En trois, c’est un émoticône en forme de coeur qui a séduit les internautes et en deux, c’est qui que c’est’y ? C’est le gwen-ha-du qui a décroché le deuxième pompon de ce palmarès international. Eh oui, le drapeau breton en deuxième position, c’est encore mieux que Poulidor derrière Anquetil. C’est la preuve de la force de frappe de la diaspora bretonne, toujours prête à se mobiliser pour toutes les causes bretonnisantes, au point que l’on sait déjà qu’une Miss Rouergue n’aura plus jamais la moindre chance de devenir un jour Miss France.

Mais l’émoji Gwen-ha-du entrera-t-il un jour dans cette liste officielle ? C’est peu probable car, comme tous les drapeaux, il a aussi une portée politique qui n’entre pas vraiment dans les principes de cette imagerie planétaire. D’autant que statistiquement, cela impliquerait que le drapeau chinois y fasse bientôt sa rentrée sous la poussée d’internautes du Pays du Milieu qui sont tout de même un peu plus nombreux que ceux de l’Armorique connectée.

Mais surtout, le Gwen-ha-du a la particularité de ressembler étrangement au drapeau des Talibans, lui aussi à bandes noires et blanches. Ce qui risque fort d’être rédhibitoire pour entrer dans le sanctuaire de l’émojigraphie planétaire.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider