drapeau

Economie. Après avoir bien résisté en 2020 la Bretagne voit venir le rebond en 2021

Dans cette période de grande fébrilité, les bilans économiques de l’année 2020 sont tous dans le rouge. Le produit intérieur brut (PIB) de la France a baissé de 8,3 %, plus forte dégradation depuis la seconde guerre mondiale, même si les premières prévisions gouvernementales étaient encore plus pessimistes (-11%).

Le résultat masque cependant de grandes disparités régionales en fonction de leurs spécificités économiques. Et une fois encore, la Bretagne s’en tire moins mal que les autres régions françaises. Selon une enquête effectuée par la direction de la Banque de France, l’économie bretonne est celle qui a le mieux résisté au plan national avec un chiffre d’affaires de ses entreprises qui se situe à -4,2 %, le plus faible pourcentage négatif de France. La marge est même très sensible avec les régions voisines puisque les entreprises de Normandie sont à environ – 9 % et celles des Pays-de-la-Loire à –8 %. L’agroalimentaire a joué une nouvelle fois un rôle d’amortisseur car les confinements ne font pas baisser les besoins de se nourrir. Ce fut même souvent le contraire.

Dans cet environnement relativement préservé, la baisse globale des effectifs n’est que de 1 %, indique la Banque de France, en rappelant bien sûr que les mesures gouvernementales de chômage partiel ont joué à plein.

Si l’on s’en tient au seul secteur industriel, la baisse de chiffre d’affaires (CA) est de 4,9 %, avec notamment des reports de commandes qui devraient faire monter le CA 2021 à +6,5 %. Un fort rebond qui devrait s’accompagner de nombreux investissements. 47 % des entrepreneurs interrogés par la Banque de France ont fait part de leur volonté d’investir en 2021, pourcentage bien sûr amplifié par la suspension et le report d’investissements qui avaient été prévus en 2020.

Enfin, la Banque précise que ces chiffres sont établis sur des bases qui peuvent être démenties par une éventuelle brusque flambée de la pandémie.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider