aigle_003

Drones. Des aigles à l’Ile-Longue ?

Nantes a accueilli ce week-end son premier salon international du drone sur le site de La Beaujoire. Dans ce secteur d’activité en spectaculaire expansion, ce fut l’occasion de découvrir les nouveautés, notamment celles des fabricants français dont le pionnier Parrot, classé au second rang mondial des fabricants de drones de loisirs, derrière le le chinois DJI. La France possède une belle panoplie de fabricants d’appareils civils et professionnels mais en revanche, elle a raté l’envol du drone militaire, comme n’avait pas manqué de le regretter Jean-Yves Le Drian, peu après son arrivée au ministère de la Défense. Mais le pays de Concorde et Airbus est en train de rattraper son retard dans ce domaine, affirme un spécialiste.

Si ce salon était l’occasion de mettre en avant le matériel et la législation qui s’y applique, en coulisses on a aussi évoqué les recherches et tests qui se multiplient pour contrer les drones dans certaines zones, tant leur prolifération entraîne des survols interdits. On travaille sur toutes les pistes : les lasers capables d’intercepter un drone, les prises de commande à distance, les drones défensifs équipés de filets…

Laser, filet, aigle…

Mais dans le panel de la lutte anti-drone, l’innovation la plus surprenante nous vient des Pays-Bas où la police a expérimenté avec succès l’interception de drones par des aigles ! Ces oiseaux de proie spécialement dressés sont capables de fondre sur un drone et de l’abattre ou le prendre dans leurs serres. A condition bien sûr qu’il s’agisse d’un appareil standard et non d’un Jumbo de 500 kilogs. Sans se blesser, assurent les concepteurs de ce projet.

On sait déjà que les chiens ou les dauphins ont été chargés de missions par des militaires mais on n’avait pas pensé aux aigles contre les drones, autrement dit un animal multi-millénaire contre les dernières créations de la high-tech. Alors verra t on des aigles un jour en séance d’entrainement au dessus de la base des sous-marins de l’Ile-Longue ? Quand on se souvient du barouf médiatique et du déploiement de forces après l’apparition furtive d’un petit drone au dessus du site, on se dit que l’aigle, après tout, pourrait constituer une arme dissuasive et écologique contre les tentatives de plaisantins qui trouvent ça vraiment drone…

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider