doux

Doux. Le groupe LDC va déposer une offre

Un gros soupir de soulagement ! Du côté des 1200 salariés du groupe Doux, on a appris avec la satisfaction que l’on devine, l’arrivée d’un nouvel acteur dans l’affaire qui secoue la société finistérienne. Le groupe LDC, un leader français de l’agroalimentaire avec ses 3,5 milliards de chiffre d’affaires, va déposer une offre.

Il n’indique pas encore la teneur qu’elle prendra mais le savoir-faire qu’il a développé avec ses marques phares (Loué, Le Gaulois, Marie, Maître-Coq) constitue une garantie de sérieux et offre d’autres horizons que ceux proposés par le groupe ukrainien MHP. A ce jour, cette société était la seule à s’intéresser à l’avenir de Doux mais les perspectives n’étaient pas très prometteuses puisque MHP annonçait à l’avance le transfert en Ukraine de toute l’activité export. Pas de quoi rassurer les 1.200 salariés. Avec LDC, on est sûr au moins que cela ne se traduira pas par une délocalisation d’office mais il est sûr que comme MHP, l’opérateur de la Sarthe attendra d’abord que la société soit mise en liquidation pour ne pas hériter d’un lourd passé et d’une amende colossale qui pèse sur le groupe.

Du côté des politiques, une éventuelle solution franco-française apporte également un gros soulagement. Un groupe ukrainien dépecant une entreprise française de cette taille, ce n’est pas très flatteur. Et il est probable qu’en coulisses, le gouvernement a agi pour susciter cette candidature et peut-être l’accompagner d’une façon ou d’une autre. A l’instar du conseil régional de Bretagne, prêt à mettre 15 millions d’euros dans la balance pour sauver tout ce qui peut l’être.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider