lait

Dis papa, c’est quoi cette bouteille de lait ?

Les Bretons sont champions de France du tri sélectif et du recyclable. En 2015, dernière référence connue, 68 kgs par habitant ont été recyclés en Bretagne contre 46,5 kgs à l’échelle nationale. Les Côtes-d’Armor ont la palme de la vertu (77 kg/habitant), devant le Morbihan (75 kg), le Finistère (65 kg) et l’Ille-et-Vilaine (62,5 kg).

C’est Eco-Emballage, organisme choisi par l’État pour piloter le dispositif national de tri et de recyclage qui fournit ces statistiques. Mais aujourd’hui Eco-Emballages se retrouve aussi au centre d’une polémique sévère autour d’une nouvelle bouteille de lait qui non seulement ne serait pas recyclable mais perturberait les chaînes de tri. Une affaire que les Bretons suivent avec un intérêt proportionnel à leurs efforts pour le sélectif.

Menace d’une taxe spéciale

A l’origine, il y a cette bouteille blanche opaque, qualifiée de meilleure pour la conservation du lait. Elle est reconnaissable à son brillant particulier, sa légèreté par rapport aux autres bouteilles et l’absence d’opercule en aluminium sur son goulot. A priori elle a tout pour plaire. Sauf qu’elle est en PET, un plastique non recyclable. C’est du moins ce qu’affirme l’association Zero Waste (Zero Gaspi, comme dirait Guy Roux) ce qui paraît totalement inconcevable à notre époque, d’autant plus qu’il est question de millions de bouteilles. Non seulement elles vont finir en décharge ou incinérateur mais elles sèment également un pataquès dans la chaîne de tri où les personnes chargées de ce travail doivent faire un autre tri entre ce qui est recyclable et ce qui ne l’est pas. On marche sur la tête.

Tant et si bien que Ségolène Royal a fini par sortir de ses gonds et menacer d’imposer rapidement une taxe sur ces bouteilles pour les rendre beaucoup moins attrayantes auprès des industriels. Et elle a saisi Eco-Emballages qui a répondu qu’il est « faux de dire que les bouteilles en PET ne sont pas recyclées ». Elles le sont, selon l’organisme, mais à condition que le volume de PET n’excède pas 15 % dans le volume global de bouteilles plastiques traitées. On imagine les employés du tri avec leur calculette… Et au final, cela donne un produit recyclé de moins bonne qualité, selon les termes même de Eco-Emballage.

Bref, c’est un peu le binz et la ministre a demandé à tout le monde de traiter au plus vite cette question un peu surréaliste et de trouver une solution. La meilleure serait de rendre le PET recyclable. En attendant, vous saurez à peu près quoi répondre si au p’tit dej, votre enfant vous demande « Dis papa, c’est quoi cette bouteille de lait ? »…

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider