german

Une défaite de l’Allemagne, c’est bon pour la Bretagne

20 millions de téléspectateurs, audience record depuis la finale de coupe du monde 2006 (mais pourquoi tu l’as tapé, Zizou?) et des scènes de liesse dans toute la France, comme on n’en a pas vues depuis 1998 (là, t’as bien tapé de la tête, Zizou !). Ce fut vraiment une magnifique soirée pour toute la France mais la Bretagne avait une petite raison supplémentaire de se réjouir : plus tôt les Allemands sont éliminés dans une compétition majeure de football, mieux c’est pour le tourisme breton.

1/ D’abord parce que ces Mondiaux ou Euros se déroulent sur juin et juillet, époque où le tourisme breton commence à monter à plein régime même si août demeure le mois de plus forte fréquentation. Des dizaines de milliers d’emplois en dépendent dans une région dont le tourisme représente près de 10% du PIB.

2/ La clientèle allemande est devenue la plus nombreuse en Bretagne, avec un pouvoir d’achat relativement confortable et d’autant plus appréciable que la chute de la livre (15% depuis l’été dernier) handicape la clientèle anglaise qui a tout de même conservé des places fortes en Bretagne, notamment dans le secteur Saint-Malo-Dinard.

3/ Les Allemands ont une caractéristique : pendant les compétitions majeures de foot, ils restent chez eux. Comme les Islandais ont inventé le clapping qui fait aujourd’hui un tabac planétaire, les Allemands ont inventé les fan-zones. C’est eux, lors du championnat du monde 2006 organisé en Allemagne, qui ont institué ces vastes zones avec retransmission sur écran géant pour se retrouver par dizaines de milliers et faire la fête ensemble. Les retransmissions sur grand écran existaient déjà mais les Allemands ont donné une dimension XXL au concept.

4/ Cette année-là, le tourisme breton avait enregistré une sérieuse déconfiture pendant cette coupe du monde allemande. Jusqu’à 30% chez certains professionnels du tourisme. C’est bien simple : les Allemands n’étaient pas venus en vacances pendant cette période et août n’avait pas compensé, loin de là.

5/ Donc, la Bretagne a quelques raisons supplémentaires de se réjouir de cette élimination de l’équipe d’Outre-Rhin car généralement, ça se termine chez eux par une victoire fêtée dans tout le pays, le dimanche soir, mais des millions de supporters attendent le retour des héros pour faire aussi la fiesta pendant toute la semaine qui suit. Autant dire que toute cette clientèle touristique a tendance à se faire attendre dans ces phases de compétition et que la Bretagne n’est pas la seule à suivre tout cela d’un œil intéressée. La clientèle allemande est, de loin, la plus importante d’Europe et bien des pays touristiques, comme la Grèce, la Croatie ou l’Italie, savent eux aussi le poids qu’elle représente et le nombre d’emplois qu’elle génère. Ils croisent eux aussi les doigts pour que la Mannschaft n’aille pas jusqu’au bout.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider