aeroport

Notre-Dame-des-Landes remettrait-il en cause l’aéroport de Rennes ?

Le rapport demandé à des experts sur le projet de Notre-Dame-des-Landes va sortir dans les prochains jours et forcément relancer les polémiques. En attendant, chacun continue à s’exprimer et parfois en élargissant un débat depuis longtemps figé.

La preuve avec Christophe Castaner, le nouveau patron du mouvement En Marche, interrogé ce mardi sur RTL. Celui qui est encore porte-parole du gouvernement n’a bien sûr pas fait de commentaires sur le prochain rapport des experts mais il n’en a pas moins estimé qu’une éventuel feu vert à NDDL ne signifierait pas seulement le transfert de l’aéroport de Nantes mais peut-être aussi celui de Rennes-Saint-Jacques (photo ci-contre) où les riverains subissent eux aussi des nuisances, comme leurs voisins nantais.

Il est vrai qu’un éventuel aéroport entre les deux villes (tout de même plus proche de Nantes que de Rennes) impacterait durablement les deux équipements actuels et que ce qui est évident pour Nantes n’est pas totalement incongru pour Rennes. Surtout si voie-express et futur TGV relient les deux villes. D’autant qu’il est désormais plus rapide de faire 50 kms sur une voie express que 10 dans des voies urbaines très encombrées aux heures de pointe.

Les deux aéroports actuels n’ont pas du tout le même trafic (5 millions pour Nantes, 640.000 pour Rennes) mais une plate-forme commune, avec de bonnes liaisons routières et ferroviaires, ne serait pas totalement une ineptie. A condition bien sûr que le feu vert soit donné à NDDL, ce qui encore loin d’être le cas aujourd’hui.

La réflexion de Christophe Castaner rejoint celle qui a avait été menée dans les années 1970 en faveur d’un aéroport entre Brest et Quimper. L’affaire paraissait compliquée à l’époque mais quand on voit le temps qu’il faut pour aller du centre de Quimper vers l’aéroport de Pluguffan ou du centre de Brest vers celui de Guipavas, on se dit qu’avec l’arrivée de la voie express (encore embryonnaire à l’époque) un aéroport à peu près équidistant de ces deux villes, distantes de 70 kms, ne serait pas aujourd’hui une idée farfelue.

René Perez
2 Commentaires
  1. HUCHET

    preuve de meconnaissance total de la geographie et des flux de population
    NDDL est a 115km de rennes pas 50
    le TGV n est pas prevus et le TER penne depuis 30 ans a relier les 2 villes en moins d1.30h
    mais un equipement comme l aeroport de St jacques ne dessert pas que Rennes combien de temps de trajet pour allez prendre l avion depuis Fougeres, Vitré,Dinan,St Brieuc…
    On sent nettement la volonté de justifier une décision favorable a un projet batis sur des mensonges
    Les promoteur vont faire la fête pour Noel ils vont se remplir les poches au frais des contribuable

    • Maxence Perez

      Merci pour la leçon, il n’a jamais été indiqué que NDDL était à 50 km de Rennes… Bonne relecture

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider