Départ de Jean-Pierre Denis d'Arkeaz

Crédit mutuel Arkéa. C’est quoi ces mots doux de la Confédération ?

On les avait quittés sur des invectives, des accusations et presque des bruits de bottes. On les retrouve avec des mots doux, des compliments et une ritournelle peace and love, envoyés par le président de la Confédération nationale de Crédit-Mutuel à l’adresse du Crédit Mutuel Arkéa, la banque mutualiste de Bretagne et du Sud-Ouest (région de Bordeaux).

Il y a à peine quelques mois, le conflit entre les instances nationales et la banque bretonne atteignait son paroxysme. On n’était plus à la multiplication des freins mis par la première pour empêcher les velléités d’indépendance de la seconde, on en arrivait aux menaces et même à l’interdiction lancée par la Confédération, sommant Arkéa de ne plus utiliser « Crédit Mutuel » dans sa communication et de la supprimer de l’ensemble de sa charte graphique.

Et alors qu’on attendait de savoir jusqu’où pouvait aller cette escalade, voilà que Nicolas Théry, président de la confédération, vient jouer du violon sous les fenêtres de la rebelle Arkéa. Forcément, on s’étonne quand il déclare que « le débat est clos » et que le directeur général Pierre-Edouard Batard ajoute, dans les colonnes du Télégramme, « Les relations sont aujourd’hui pacifiées avec les équipes du Crédit mutuel Arkéa. Nous arrivons rapidement à des consensus. Ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous sépare ».

Un changement de ton radical. De toute évidence, il y a là une perche tendue et une volonté d’apaisement à laquelle la direction d’Arkéa n’a pas encore donné sa réponse. Avec le retrait des deux dirigeants de la banque bretonne qui menaient la bataille pour l’indépendance, Jean-Pierre Denis, président, et Ronan Le Moal, le directeur général, les cartes sont redistribuées. Le premier a annoncé qu’il prenait du recul, le second a quitté Arkéa.

Mais la nouvelle directrice générale, Hélène Bernicot, semble avoir repris le flambeau pour continuer l’action entreprise par ses prédécesseurs. C’est d’elle que l’on attend maintenant la réponse à cette main tendue pour savoir où se situent vraiment les intentions d’Arkéa.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider