crabe marteau

Le Crabe Marteau s’attaque à Lorient

Le Crabe Marteau, célèbre restaurant du port de commerce à Brest, se développe. Après l’ouverture d’un restaurant à Paris, c’est au tour de Lorient d’accueillir l’enseigne au décapode hilare. Le début d’une success story brestoise ?

L’avenue de La Perrière à Lorient voit rouge depuis lundi 18 janvier, date d’ouverture du dernier-né de la fratrie Crabe Marteau. Il s’agit du troisième restaurant de l’enseigne. Le premier a été créé par Pierre Cosmao et sa femme Martine en 2004 à Brest. Le second à Paris en 2010, toujours par le couple brestois. Lorient est le premier franchisé et fait rentrer la marque Crabe Marteau dans une autre dimension. C’est vrai : connaissez-vous beaucoup d’enseignes bretonnes qui ont réussi à vendre des licences de marque ?

Bon, toutes proportions gardées, on pourrait penser au groupe Le Duff, superpuissance bretonne de la restauration, qui possède les pizzerias Del Arte. Mais celles-ci ont été crées par Accor au mitan des années 80… Et puisque Burger Queen (amann) n’existe pas encore…

Brest et Paris, le carton plein

Du coup, l’histoire du Crabe Marteau n’en est que plus belle, même si elle était un peu écrite. Depuis 2004, le restaurant brestois ne désemplit pas. L’établissement parisien, situé entre Charles de Gaulle-Etoile et de la porte Maillot (un nom tout désigné pour accompagner les demoiselles de Loctudy) est devenu une adresse incontournable du public francilien aux origines demi-sel. Depuis l’ouverture de ces deux établissements, les résultats sont en hausse constante. Pour Brest, cela fait donc 12 ans que cela dure. C’est long et c’est beau.

crabe marteau

Mais quelles sont justement les raisons de ce succès ? Il ne faut pas aller chercher loin : depuis le début, le Crabe Marteau ne commercialise que des produits finistériens frais. Très frais. Crabes évidemment, mais aussi poissons, huîtres, ormeaux, kouign amnn ou légumes, tout vient de Penn Ar Bed, de ce « bout de la terre » qui se révèle être un sacré garde manger. Avec Béganton (crabes, poissons), Le Saint (légume), la SILL (beurre), Le Gris (huîtres) ou encore Lucas (kouign amann), le Crabe Marteau s’est entouré de pointures de la pointe bretonne.

300 kilos de crabes chaque jour

Imaginez : avec l’ouverture du Crabe Marteau à Lorient, ce sont désormais 300 kilos de crabe que la société Béganton fournit désormais chaque jour aux restaurants. Et si demain d’autres restaurants ouvrent, ils seront toujours alimentés par les mêmes fournisseurs selon un principe immuable : le jour même pour le lendemain, maximum !

De nouveaux investisseurs ont fait part de leur intérêt pour la franchise. Rennes, sud de la France, Belgique… les opportunités existent déjà. Mais Pierre Cosmao l’assure : « pour l’instant, tout ce que j’espère, c’est de bien réussir à Lorient ».
Il passera le turbot plus tard.

Julien Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider