Le Covid relance le loto-bouse

Marguerite et la Noiraude sont de retour ! Le loto-bouse revient en Bretagne après avoir été en vogue il y a une dizaine d’années puis de tomber un peu en désuétude. Le loto-bouse, si vous ne le savez pas encore, c’est une adaptation tout à fait particulière du loto qui se pratique en plein air. Il y a des cases sur un champ mais personne ne tire les boules dans un sac pour donner les numéros. Ce sont des vaches qui font le travail en déposant leur bouse dans une des cases numérotées du champ.

Six vaches et une complémentaire vous font une grille nettement plus originale que les numéros en salle. Et si ce spectacle distrayant pour les uns, dégradant pour d’autres, retrouve le succès, c’est en lien direct avec le Covid. Comme on ne peut plus organiser des lotos en salle à cause des mesures de sécurité limitant les jauges et les déplacements, il n’y rien de mieux désormais que le plein air et les déambulations digestives des vaches, bien plus lentes mais presqu’aussi drôles que celles des vachettes d’intervilles. Et puis les associations ont besoin de faire rentrer de l’oseille d’où le choix de dessiner des cases comme on sème des graines. En les faisant 40 sur 40, on peut constituer une grille de plus de 3.000 cases sur un terrain de foot. C’est dire s’il y a de la marge.

Mais la question se pose : en voyant toutes ces têtes de constipés avec leur masque sur les yeux, les vaches ne risquent-elles pas d’avoir des problèmes de transit intestinal contrariant soudain leur digestion habituelle ? Et prolongeant indéfiniment le jeu avec des gens mécontents se mettant à crier « Remboursez, remboursez… » sur les coups de minuit alors que seulement deux numéros ont été tirés.

On imagine que les organisateurs ont tout prévu pour inciter les vaches à jouer le jeu. Mais on sait ce que c’est : un de ces quatre, les services sanitaires vont débarquer et faire des tests anti-dopage pour voir si des fois, les loto-bouseuses n’auraient pas reçu une ration de médocs augmentant leurs performances frauduleusement.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider