Covid 19. La Bretagne, région la moins touchée

On s’en doutait un peu au vu de certains indicateurs, mais cette fois, c’est l’Institut Pasteur qui le confirme officiellement : la Bretagne est la région la plus épargnée de France par le Covid. Et pour l’affirmer, l’institut se base sur l’indicateur le plus fiable, celui du pourcentage de contamination de la population depuis le début de l’épidémie jusqu’au 30 novembre.

Il est actuellement de 11 % pour la moyenne nationale, autrement dit 11 % des Français, tous âges confondus, ont été touchés par le virus, selon les différents tests effectués, ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils ont été tous malades. Un grand nombre n’ont d’ailleurs rien ressenti. En Bretagne, le pourcentage n’est que de 3,6 % devant la Nouvelle Aquitaine (4,4%) et la Corse (5,6%) qui complète le podium des régions les moins affectées. A l’inverse, C’est l’Ile-de-France qui est la plus touchée (21,3%) devant le Grand-Est (15,6%) et Auvergne-Rhône-Alpes (14,3%).

Cet indicateur est calculé au niveau des régions et n’est pas disponible au stade départemental. Pour en savoir plus sur l’impact sur les départements, il faut se référer au taux d’incidence actuel, autrement au nombre de personnes testées positives sur 100.000 habitants. Au 30 novembre, la moyenne nationale était de 101 pour 100.000 mais elle est de 15,6 seulement dans le Finistère, département le moins touché de France, probablement en raison de sa position géographique en bout de péninsule, de sa dominante rurale (le virus est plus actif dans les grandes métropoles) ou encore de sa météo très fantaisiste qui incite à rester chez soi…

Les autres départements bretons sont, eux aussi, au-dessous de la moyenne nationale : Morbihan 41,6, Ille-et-Vilaine 48,5 et Côtes-d’Armor 53,2. Ce dernier département a longtemps été le moins touché, loin derrière l’Ille-et-Vilaine, mais ce n’est plus le cas. Il est vrai que ce taux d’incidence subit parfois de brutales variations à la hausse, comme ce fut le cas pour le Finistère dans la première quinzaine de juillet après l’arrivée des premiers touristes. C’est le cas aussi actuellement dans des départements qui n’avaient pas été beaucoup touchés par la première vague, comme la Lozère qui culmine à un taux de 220 et plus encore en Haute-Savoie (225) où les services de réa sont saturés. Étonnez-vous après cela que le gouvernement freine sur la réouverture des stations de sports d’hiver…

La Bretagne connaît donc une situation enviable mais avec tout de même un inconvénient : comme elle est la moins touchée, elle est aussi la moins immunisée. Autant dire qu’il va falloir jouer de la seringue quand les vaccins seront là…

Bretagne Bretons
1 Commentaire
  1. DUCRET Alain

    J’ignorais que ce site était sous l’emprise des labos pharmaceutiques, à en croire la conclusion inadmissible !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider