Coupures électriques. La Bretagne en première ligne

Sortez les doudounes, les écharpes et les bonnets rouges ! Il va faire froid, très froid la semaine prochaine sur la France qui va connaître une forte chute des températures et des épisodes neigeux intenses, comme ceux qui ont touché l’Europe centrale et même l’Italie ces dernières semaines. En provoquant au passage des dizaines de morts.

L’anticyclone qui nous protège depuis un moment va se décaler vers l’Atlantique et une sournoise dépression va en profiter pour descendre de Sibérie et faire chuter le mercure. Surtout dans l’est du pays où des températures négatives à deux chiffres vont sévir. L’ouest sera un peu moins touché mais on attend tout de même des températures de -5 ou -6°, seuls l’extrême pointe bretonne et le pourtour méditerranéen parvenant à sauver la mise.

Des réacteurs à l’arrêt

A partir de mercredi et pour au moins trois ou quatre jours, le parc électrique français va être extrêmement sollicité et EDF a mis à nouveau en garde préventivement contre des coupures de courant. Et cause l’arrêt pour travaux de sept réacteurs nucléaires, imposé par l’Autorité de sureté nucléaire, qui fait singulièrement baisser le potentiel. Cette même instance a heureusement autorisé le report de l’arrêt de deux autres réacteurs, allégeant un peu ce programme de travaux tombant à un mauvais moment.

La Bretagne n’est pas la plus concernée par cette vague de froid mais elle est virtuellement la plus exposée aux coupures avec la région PACA. La raison ? Toutes deux sont en bout de ligne et les déperditions d’électricité dans le réseau fragilisent l’approvisionnement, surtout dans ces deux régions où le chauffage électrique est très sollicité en raison notamment de la proportion de séniors. Plus l’âge avance, plus on se chauffe.

Cette périoide va donc à nouveau constituer un test pour la Bretagne dont le nord devrait déjà être alimenté par la centrale normande de Flammanville. Mais elle accumule les années de retard. Quant à la centrale au gaz de Landivisiau, elle aurait du entrer en service cet automne, selon le planning initial. Les travaux ne sont pas encore entamés ! Alors on croise les doigts en mettant les gants, tout en se rappelant que les épisodes de froid de ces derniers jours ont mis 300.000 foyers français dans le noir. Surtout à cause du vent.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider