plou

Communes. Les Côtes-d’Armor sont en fusions.

Après Saint-Brieuc et Lannion, quelle sera bientôt la troisième commune des Côtes-d’Armor ? Dinan qui vient de fusionner avec Léhon ou le quatuor Perros-Guirec, Trégastel, Louannec, Saint-Quay-Perros dont les élus viennent d’annoncer leur projet de fusion ? Chacune d’entre elles auraient environ 14.000 habitants et elles sont toutes deux symboliques du mouvement bien amorcé dans les Côtes-d’Armor où les fusions de communes sont en passe de devenir une spécialité locale avec le granit rose et les télécommunications.

Ce département est en effet en pointe dans les regroupements puisqu’en deux ans à peine, on en compte déjà une douzaine, la plupart d’entre elles consistant en la fusion de deux communes. Mais avec Le Mené, ce ne sont pas moins de sept communes qui ont fusionné, constituant une commune de 6.000 habitants. L’État on le sait, encourage ces fusions pour réduire cette particularité budgétivore française avec ses 35.000 communes.

Les Côtes-d’Armor sont loin devant les autres départements bretons, beaucoup plus frileux en ce domaine. Cela tient sans doute à la faiblesse des ressources des communes des Côtes-d’Armor par rapport aux trois autres départements qui ont des valeurs locatives (celles sur lesquelles sont assis les impôts) beaucoup plus importantes.

Dès le 1er janvier 2019

Nécessité faisant loi, des communes des Côtes-d’Armor ont compris qu’en se regroupant, elles bénéficieraient de dotations plus importantes de l’État (et ce n’est pas neutre par les temps qui courent) et qu’elles pourraient offrir des services plus diversifiés, notamment sur le plan médical ou encore accroitre leur attractivité.

Perros-Guirec, Louannec, Trégastel et Saint-Quay-Perros ( ainsi que leur célèbre village de Ploumanac’h, « préféré des Français », il y a trois ans ) se lancent à leur tour dans un projet de fusion que les élus viennent tout juste de présenter, lors d’une réunion tenue ce mercredi à la mairie de Perros-Guirec. Le regroupement pourrait être effectif dès le 1er janvier 2019. Reste à convaincre la population. Cela ne devrait pas être insurmontable surtout si on réussit à convaincre que c’est la meilleure façon de freiner l’augmentation des impôts !

Pierre Vincent
1 Commentaire
  1. LE BON

    Décision prise sans consultation de la population, encore une fois, un arrangement entre amis élus.
    A quand un référendum pour les décisions concernant les habitants ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider