Côtes-d’Armor. Un centre d’affaire chauffé à l’eau

Chauffer sa maison grâce à la géothermie n’est plus très original. Voilà maintenant une vingtaine d’année que Sylvain Pinton, qui est à la tête de l’entreprise « Construction Economique d’Armor », équipe des maisons individuelles via ce type de technologie. En revanche le chantier qu’il vient d’ouvrir à Etables sur Mer, constitue par sa taille, une première dans le département des Côtes-d’Armor « et probablement dans le grand ouest », n’hésite pas à dire Sylvain Pinton.

Le futur centre d’affaire ( un bâtiment de trois étages d’une surface de 1500 m2 ) qu’il est en train de construire va bénéficier d’un système de chauffage « par sonde géothermique verticale ». Ce système, consiste à faire circuler, en circuit fermé, un liquide à très basse température mélangé à l’eau dans plusieurs sondes enfouies dans le sol où l’eau est à 13° dans les nappes souterraines. Ce transfert de chaleur entre températures opposées provoque une énergie dirigée vers une pompe à chaleur, installée en surface. C’est sur ce même principe que des expérimentations sont en cours, en mer, pour créer de l’énergie entre les basses températures du fond et celles plus chaudes de surface.

Non polluant et économique

L’originalité de l’installation tient à sa taille puisque pas moins de 2 km de sondes , d’une longueur de 120 mètres chacune, vont être installées sur le terrain destiné à accueillir le centre d’affaire. « Le système est simple, non polluant et très économique » explique Sylvain Pinton.

Il a calculé que le coût du chauffage pour la première société ( un cabinet comptable ) qui a fait acte de candidature sur le site et y occupera 460m2, « sera d’environ 900 euros par an , au lieu de 4.600 euros si elle avait opté pour l’électricité ou 2.500 euros si elle avait choisi le gaz ».

L’entrepreneur espère que ce premier immeuble construit en Côtes-d’Armor, attire l’attention des décideurs bretons, qui pour l’instant se montrent un peu frileux,vis à vis de ce mode de chauffage, contrairement à leurs collègues de la Mayenne, département en pointe en matière de géothermie. Pourtant selon les spécialistes, le sous sol breton se prête tout à fait à cette technologie, « car plus c’est dur, plus c’est facile ».

Patrick le Nen
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider