lassa

Cosmétique. Près de Landerneau, la belle percée de Lessonia

On est ici à Saint-Thonan, à un jet de pierre de Landerneau (Finistère). Une petite commune rurale qui a longtemps vécu de l’agriculture avant que les embruns ne montent jusque-là, avec la création en 2002 de Lessonia. Cette entreprise, qui porte le nom d’une algue chilienne, se lance cette année-là dans la transformation d’algues, à destination notamment de la cosmétique, un secteur en pointe dans l’Hexagone.

La petite entreprise a aujourd’hui bien grandi. Elle va inaugurer prochainement une nouvelle usine qui portera ses locaux à 8.000 M2, en doublant la capacité actuelle. Et l’effectif va continuer à croître vigoureusement : 120 salariés actuellement, probablement 150 à la fin de l’année annonce Christophe Winckler, le créateur de la société.

Un prix de l’innovation à Amsterdam

Cette belle réussite ne tient plus seulement à la vague porteuse des algues. Avec cette matière première, Lessonia a forgé son expérience et assis sa notoriété. Mais elle s’est progressivement diversifiée en travaillant différentes matières premières naturelles, comme en témoigne un contrat avec L’Oréal pour la fournitures de pétales de fleurs d’origines très diverses. La société de Saint-Thonan, grâce à ses innovations constantes, a mis au point un procédé de traitement et de conditionnement de pétales pour leur garantir une très grande pureté avant d’entrer dans la composition de cosmétiques.

Surfant sur la vague des produits naturels qui supplantent peu à peu les produits de synthèse, la société bretonne est ainsi capable de s’adapter à chacune des sollicitations qu’elle reçoit, de faire les recherches adaptées et de mettre au point des procédés. Elle vient ainsi de recevoir le premier prix de l’innovation lors d’un salon international de cosmétique, à Amsterdam (Hollande).

Avec une progression à deux chiffres de ses performances annuelles, la société exporte aujourd’hui 70 % de sa production, avec des représentations commerciales à Hong-Kong et au Mexique. Elle collabore aussi avec des organismes de recherche, comme la station biologique de Roscoff, pour étayer sa montée en gamme et confirmer sa brillante percée dans un secteur à forte valeur ajoutée.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider