caen

Comptoir Irlandais : 30 ans de culture « Pub »

Saviez-vous que le premier Comptoir Irlandais est né sur le port de Brest ? C’était il y a trente ans. L’enseigne est désormais un incontournable pour qui veut plonger dans la culture irlandaise – et toutes les cultures celtiques, dont la Bretagne, of course.

Lorsqu’on rentre dans un des 45 Comptoirs Irlandais que compte l’hexagone, c’est toute l’Irlande et la culture celte qui envahit nos sens. Musique, ambiance boisée, thés et lichouseries, et bien sûr, des vendeurs passionnés – c’est la clé -. « On vit Irlande à chaque instant », commence David Guillerm, responsable E-commerce et Développement digital du Comptoir Irlandais. Il y travaille depuis plus de 10 ans et a touché à tous les métiers de cette institution née à Brest il y a 30 ans tout pile.

Il y a trente ans, sur le port de Brest

Si le siège est aujourd’hui basé à Saint-Eloi, la première boutique voit le jour en 1987, sur le port de Brest. Directeur général du Comptoir Irlandais depuis 2011, le Brestois Hervé Taloc a participé au développement dès les débuts de l’enseigne avec cette idée de partager, accoudé au comptoir, les produits phares de son Irlande chérie. Le succès fut phénoménal ; à tel point qu’ouvrent, peu de temps après Brest, des boutiques à Quimper, Rennes… Pour gagner rapidement tout l’hexagone. Aujourd’hui, 45 magasins. Demain, près d’une centaine, avec des boutiques qui se veulent toujours plus immersives pour le client.

Les familles du Comptoir Irlandais

« Chaque semaine, 6000 références récupérées auprès de 200 fournisseurs sont traitées en entrepôt à Landerneau », continue David Guillerm. Quatre familles de produits composent le cœur du Comptoir Irlandais. L’épicerie fine, le textile, les cadeaux, du gadget aux arts de la table. Parlons enfin de cette immense cave à whisky, spiritueux et bières, une collection gagnée grâce au lien très fort construit avec les distilleries et un savoir-faire en conseil qui valent au Comptoir son statut d’expert dans le domaine.

Expert incontesté du whisky

Voyez plutôt : 800 références – soit 90 000 bouteilles – de ce doux breuvage, avec en permanence, 250 d’entre elles sur les étagères des boutiques. Connaissez-vous le Balvenie ? À 50 ans d’âge, une bouteille de ce nectar atteint la très coquette somme de 35 000 euros. Vous imaginez que de telles bouteilles sont plutôt rares… 6 étaient réservées à la France : c’est le Comptoir Irlandais qui les détient. S’il est bien présent sur le web depuis 1998, les collectionneurs peuvent passer commande sur la nouvelle plateforme web commerciale inaugurée il y a 3 ans. Toutefois, l’évolution du concept et l’ouverture de nouvelles boutiques restent un enjeu de développement du Comptoir Irlandais, qui a levé 4M€ de fonds dans ce but depuis 2011.

Fanny Degorce
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider