cmb

CMB Arkea. Fumée blanche au dessus du siège

Jean-Pierre Denis, le président du groupe Crédit mutuel Arkéa a obtenu le soutien qu’il attendait. Les administrateurs de la banque ont majoritairement approuvé le projet d’indépendance porté par leur président, visant à se détacher de la confédération de Credit mutuel pour créer un groupe bancaire et mutualiste indépendant.

A ce stade, Jean-Pierre Denis n’a toujours pas donné en détail le contenu de cette réunion mais la fumée blanche qui s’est élevée au-dessus du siège du Relecq-Kerhuon ne laisse aucun doute sur l’issue de cette rencontre. Du reste, peut-on imaginer le président du groupe se lancer dans une stratégie aussi audacieuse s’il n’avait eu l’assurance préalable du soutien de son conseil d’administration ? L’accord était déjà scellé, il ne restait plus qu’à l’entériner.

Si la banque n’a pas pour l’instant communiqué sur le sujet, c’est qu’elle attend probablement que soient officialisés les votes dans le Sud-Ouest et le Massif central, les deux autres fédérations qui composent le groupe aux côtés des Bretons. Mais à Clermont-Ferrand, on n’a pas attendu que Jean-Pierre Denis s’exprime pour annoncer que là-bas, le vote a été négatif. Le Massif central ne suivra donc pas le groupe Arkea dans sa démarche d’autonomie et reste donc arrimé à la Confédération de Crédit mutuel. Un vote sans surprise puisque les Auvergnats, il y a plusieurs mois déjà, avaient fait connaître leur intention.

Il faut toutefois relativiser le poids de cette décision : la fédération du Massif central ne pèse guère plus de 3 % du groupe interrégional porté par les Bretons.

Après la publication de cet article, Ronan le Moal, directeur général du groupe Crédit mutuel Arkéa. a diffusé ce communiqué que nous publions intégralement :

A l’attention de l’ensemble des collaborateurs du Crédit Mutuel Arkéa – Brest, le 19 janvier 2018

Bonjour à toutes et à tous,

Comme vous le savez, le Conseil d’administration du Crédit Mutuel Arkéa a initié, ce mercredi, une démarche visant à donner une nouvelle orientation à notre groupe. Démarche qui a été présentée ce jour aux Conseils d’administration des fédérations du CMB et du CMSO et que nous souhaitons désormais – dans le respect le plus strict de nos règles de bonne gouvernance – partager avec vous tous, au-delà des nécessaires échanges que nous avons commencé à avoir avec les instances du personnel.

Le mandat qui nous a été donné par les Présidents des caisses locales du groupe Crédit Mutuel Arkéa en octobre 2016 était de défendre notre autonomie au sein du Crédit Mutuel. Or les actions engagées à notre encontre par la Confédération nationale du Crédit Mutuel rendent désormais impossible la mise en œuvre de ce mandat en y restant affiliés, et nous conduisent donc à proposer une alternative selon les conditions fixées par la CNCM elle-même : soit renoncer définitivement à notre autonomie en conservant la marque Crédit Mutuel ; soit faire le choix de l’indépendance, en adoptant une nouvelle dénomination, en tous points respectueuse de notre modèle coopératif et mutualiste, et de notre ancrage territorial.

Depuis plusieurs mois, la CNCM multiplie les agressions à l’encontre de notre groupe et s’immisce de façon de plus en plus inacceptable dans nos activités, portant directement et très concrètement atteinte à notre fonctionnement, à notre développement et à notre autonomie. Il ne se passe désormais plus une semaine sans que la CNCM tente de freiner nos opérations de développement, en nous enjoignant à respecter « les instructions du Directeur général de la Confédération ». Toutes ces agressions n’ont qu’un but : nous contraindre à rentrer de façon irrémédiable dans un processus de centralisation et nous priver de notre capacité de décision et de notre liberté d’entreprendre.

Le combat juridique que nous menons depuis 2014 n’a jamais eu d’autre finalité que de préserver cette liberté. Mais le temps de la justice n’est plus compatible avec l’accélération des manœuvres centralisatrices de la CNCM.

Ainsi, le 17 janvier, le Conseil d’administration du Crédit Mutuel Arkéa a, pour ce qui le concerne, réaffirmé on ne peut plus clairement son choix d’un modèle de développement indépendant. Ce projet permettrait à notre groupe d’obtenir le statut d’un groupe mutualiste et coopératif indépendant, totalement distinct du Crédit Mutuel et doté, le moment venu, de son propre organe central.

Les Conseils d’administration des Fédérations du CMB et du CMSO, réunis ce matin même, ont décidé de lancer la procédure de consultation des caisses locales. Il leur appartiendra, dans les prochains mois, de se prononcer librement et individuellement sur l’orientation qu’elles souhaitent donner à notre groupe : l’indépendance assumée moyennant le renoncement à la marque ou l’intégration dans un groupe bancaire centralisé dominé, chacun le sait, par le CM11-CIC.

Notre groupe a toujours été libre de ses décisions. L’autonomie est le fil conducteur de toute notre histoire. Nous sommes tous, d’une certaine façon, les héritiers du Président LICHOU qui, il y a plus de 30 ans, avait posé les fondations du groupe tel qu’il est aujourd’hui.

C’est parce que nous sommes autonomes que nous pouvons maintenir nos centres de décision en régions, et que nous créons des emplois directs et indirects dans un contexte national plus qu’atone.

C’est parce que nous sommes autonomes que nous construisons un modèle d’entreprise original, agile, ancré dans l’économie réelle et tourné vers l’avenir, soucieux d’être au plus proche de l’évolution des besoins de nos sociétaires et clients, et plus largement de la société dans laquelle nous vivons.

Parce que nous avons toujours été libres de nos choix stratégiques, nous nous positionnons aujourd’hui parmi les établissements les plus solides et rentables de la Place, et notre activité a une nouvelle fois atteint des niveaux records pour l’année 2017. La solidité financière de notre groupe n’est discutée par personne.

Par tempérament, et parce que nous sommes respectueux du patrimoine qui nous a été transmis, nous pensons que l’autonomie et la liberté d’entreprendre, l’emportent sur l’usage d’une marque à laquelle nous sommes tous bien évidemment attachés. Nous sommes absolument convaincus qu’il est tout à fait possible de continuer à faire grandir notre groupe dans le respect des valeurs coopératives et mutualistes auxquelles nous sommes profondément attachés.

Mais, en tant que Président et Directeur général du groupe, nous sommes éminemment respectueux de la gouvernance qui est la nôtre et, bien entendu, nous nous rangerons à la décision de nos de caisses locales, seules aujourd’hui habilitées à décider de l’avenir de notre maison.

Cette histoire que nous construisons tous ensemble est une très belle histoire aux dires de ceux qui nous observent de l’extérieur. On se demande bien au nom de quelles considérations il faudrait mettre un terme à cette formidable aventure que nous vivons avec vous.

Nous contribuons tous, au quotidien et partout dans le groupe, à construire un modèle qui réinvente les codes de la banque, un modèle fait d’ancrage territorial et de modernité qui est plus que jamais d’actualité. Nous avons encore de belles pages à écrire mais pour cela, la liberté d’entreprendre est fondamentale, cette liberté qui a toujours été une valeur cardinale pour notre groupe.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider