Du caviar dans le sandwich SNCF

L’inauguration, le week-end dernier, des deux nouvelles lignes à grande vitesse à destination de Rennes et Bordeaux s’est fort bien déroulée. Mais elle a laissé derrière elle des odeurs de surchauffe, pas seulement liée à la canicule. C’est le coût de cette double inauguration qui a un peu de mal à passer car il oscille entre le minimum avancé par la SNCF (3,6 millions d’euros) et l’évaluation bien plus élevée faite par un site spécialisé, Mobylettre, qui, lui, table carrément sur 6 millions. Au prix moyen du billet, ça fait cher le petit four, même si ces évaluations englobent l’ensemble des coûts de communication.

Et justement, c’est du côté des petits fours que la mayonnaise a commencé à monter quand quelques photos de petits sandwichs au caviar, servies au wagon-bar, ont commencé à filtrer sur les réseaux sociaux, donnant une image singulièrement décalée avec celle du sandwich SNCF standard. Par les temps qui courent, ce n’était vraiment pas une bonne idée.

Et forcément, les officiels ont préféré prendre leur distance. Nicolas Hulot a boudé le buffet, la ministre Elisabeth Borne a trouvé qu’on les dépassait un peu, les bornes, et Emmanuel Macron a ironisé sur « le plaisir coupable des inaugurations », en ajoutant que « ces dettes accumulées, un jour, quelqu’un les paiera ».

Comment ne pas comprendre ces réticences ? Avec la suspicion née de la campagne présidentielle extravagante, un jour tu manges un sandwich SNCF et le lendemain tu es mis en examen pour conflit d’intérêt ou détournement de fonds publics. Alors tous nos élus sont maintenant prévenus : pour les inaugurations, mollo sur le caviar !

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider