bat

Brittany Ferries. Prêts pour un Brexit dur

Un rapport alarmiste, émanant du gouvernement anglais lui-même, laisse supposer qu’un Brexit dur, au 31 octobre prochain, pourrait semer le chaos sur le sol britannique. Avec notamment d’interminables files de camions dans toutes les zones portuaires.

En en France, qu’en sera-t-il ? Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, se montre nettement plus optimiste et affirme que tout est déjà prêt pour le contrôle des camions, même en cas de Brexit dur. C’est ce qu’il a dit lors de son passage au port de Caen-Ouistreham où il était vendredi dès l’aube à l’arrivée d’un bateau de la Brittany Ferries, contrôlé dans les conditions qui seront celles en vigueur après le Brexit. Accompagné de personnalités locales et du président de la Brittany Ferries, Jean-Marc Roué, le ministre a rappelé que le dispositif repose sur deux piliers essentiels. Le premier, c’est l’embauche déjà effectuée de 700 douaniers supplémentaires dont un grand nombre seront affectés aux ports nordistes, normands et bretons qui accueilleront des transports de marchandises ou d’animaux.

L’autre volet, c’est le mode d’organisation qui supposera une déclaration obligatoire du contenu détaillé de chaque poids lourds. Des douaniers embarqués lanceront les premières procédures de contrôles à bord des navires, indiqueront aux chauffeurs la marche à suivre à l’arrivée et ce sont eux aussi qui désigneront les véhicules devant faire l’objet de contrôles portuaires plus poussés.

Avec ce double dispositif, le ministre se dit convaincu que le surcroît de formalités sera amorti et que les bateaux devraient rester dans les temps actuels des durées d’escales. Mais pour le savoir, il faudra attendre le lendemain du 31 octobre. Ou plus tard…

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider