radar

Les Bretons n’appuient pas trop sur le champignon

Les Bretons sont globalement de bons conducteurs. C’est l’assureur Axa qui le dit dans son baromêtre 2017, fruit d’une enquête auprès d’automobilistes français dont le premier enseignement est une remontée en flêche de l’usage du téléphone pour les appels mais aussi passer des textos ou utiliser l’application GPS. En une année à peine, les utilisateurs réguliers sont passés de 46 à 59 % au plan national, pourcentage inquiétant quand on sait qu’en moyenne, chaque jour, dix personnes sont tuées ou gravement blessées en France à cause d’usage téléphonique.

Prudents sur autoroutes…

Ce baromètre, basé sur dix critères de dangerosité avec une ventilation par région, donne une note globalement bonne aux Bretons. 60 % d’entre eux sont considérés comme bons conducteurs contre 49 % au plan national. Sans doute parce qu’ils sont ceux qui, en France, appuient le moins sur le champignon. Ils sont 72 % à faire ce qu’on appelle des excès de vitesse modérés (moins de 20 kilomètres au dessus de la limite) contre 82 % au plan national, le respect de la limitation de vitesse n’étant pas la vertu première des conducteurs français.

Comme ils ne conduisent pas trop vite, les Bretons ne figurent pas parmi les habitués des feux rouges brûlés ou des stops non respectés. Et, selon ce baromètre, ils sont également les plus prudents sur autoroutes. Ils ne sont que 27 % à pousser à 140-150 (au lieu de 130 maxi) contre 40 % au plan national. L’explication tient probablement au fait qu’il n’y a pas d’autoroute en Bretagne et que les Bretons n’ont donc pas l’habitude du 130 et plus. Sur autoroutes, ils sont un peu en terre inconnue et évitent donc de pousser le bouchon trop loin.

Et justement, à propos de bouchon, que donne la baromètre de l’alcool au volant ? Les conducteurs des Pays-de-la-Loire, qui traversent il est vrai beaucoup de vignobles, sont les moins respectueux du code de sobre conduite et les Bretons se situent juste dans la moyenne nationale. 22 % reconnaissent qu’il leur arrive de prendre le volant après avoir bu plus de deux verres de boissons alcoolisées.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider