Intro

Moins de 30% des créateurs d’entreprises sont des femmes. Et les femmes indépendantes ou dirigeantes salariées d’entreprises gagnent 31% de moins que les hommes. Si les inégalités hommes – femmes dans l’entreprise sont avérées, les initiatives sont nombreuses pour tenter d’inverser la tendance et de promouvoir l’entrepreneuriat auprès des femmes. En Bretagne, deux grands réseaux se partagent la mission sur le terrain. Mais doit-on vraiment distinguer un entrepreneuriat féminin ? Des Bretonnes nous répondent dans ce dossier.

« Ces femmes de pouvoir qui nous apprennent leurs astuces cuisine ». Voilà l’un des titres affichés par le nouveau site d’information parodique, Madame Gorafi, lancé le 1er février dernier. Ainsi, Christine Lagarde, la Reine d’Angleterre, Marissa Mayer (Pdg de Yahoo) ou encore Pascale Boistard, Secrétaire d’Etat chargée des droits des femmes, nous livrent leurs trucs et astuces en cuisine : bien découper l’ananas pour la salade de fruits, mâcher un chewing-gum en découpant les oignons, beurrer le papier cuisson…

Plus qu’un gag, cet article moque non seulement la presse féminine et ses travers, mais il en dit long sur les représentations des femmes dans la société et dans l’entreprise. Par exemple, ce n’est que cette année, près de 30 ans après la création de l’indice de la bourse de Paris,  qu’une femme fera son entrée dans le club exclusif des PDG du CAC 40 : Isabelle Kocher devrait succéder à Gérard Mestrallet à la tête d’Engie – anciennement GDF Suez – dans le courant de l’année. Autre exemple, les derniers chiffres de l’INSEE indiquent que moins de 30 % des créateurs d’entreprise sont des femmes. Un pourcentage qui évolue peu depuis plusieurs années, tandis qu’à l’autre bout de la chaîne, 70% des « travailleurs pauvres   » sont des femmes*.

Une situation alarmante qui a déjà motivé des mesures contraignantes dans les grandes entreprises : la loi dite « Copé Zimmermann » impose qu’au moins 40 % des administrateurs des entreprises cotées en bourse soient des femmes. Cette obligation prendra effet au 1er janvier 2017. Le ministère en charge de la parité a lancé une campagne d’accompagnement de l’entrepreneuriat au féminin. Partout en France, des réseaux se créent pour encourager et épauler les femmes dans leur projet de création d’entreprise. Mais, existe-t-il un entrepreneuriat féminin ? Quelles sont les réalités du terrain ? Faut-il pousser vers une discrimination positive pour tendre à l’égalité ?

* selon une étude du Conseil économique et social de 2013

 

Anne-Laure Jaouen

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider