bette

Bretagne. Et maintenant le sucre bio

Le bio avance à marche forcée dans le secteur agricole. Et en Bretagne, il est marqué par une renaissance : celle de la betterave sucrière (notre photo). Jusqu’à la fin des années 60, on en cultivait encore dans la campagne bretonne mais les orientations agricoles ont peu à peu tourné le dos à cette production. Elle revient à la faveur d’un chiffre qui claque au vent : la France importe chaque année près de 50.000 tonnes de sucre bio, notamment pour entrer dans la composition de produits qui portent cette certification. Et qui ne peuvent donc déroger à la règle stricte du 100 % bio, y compris pour le sucre, même s’il est en faible quantité.

Les besoins du pays en sucre bio enregistrent une progression à deux chiffres depuis quelques années, au rythme de l’envolée de la production bio qui gagne tous les secteurs. Dans l’Ouest, des tests sont menés depuis deux ans par quelques agriculteurs, sur des surfaces limitées, pour savoir si cette plante a un avenir. Et les résultats sont prometteurs même si cette production en bio n’est pas de tout repos. Elle exige notamment un sarclage très minutieux puisqu’il n’est bien sûr pas question d’avoir recours à des produits chimiques pour désherber les champs.

Une association de producteurs vient même de se créer dans la région de Pontivy. Breizh Sukr regroupe des agriculteurs candidats à une orientation vers la betterave sucrière bio et qui bénéficient du soutien d’entreprises comme Biocoop, Breizh-Cola ou Lancelot (brasserie), utilisateurs de sucre bio dans leurs différentes production labellisés.

Ce groupement vient de mettre sur rail un projet de construction d’une petite usine, à Pontivy, pour traîter annuellement 4.000 à 5.000 tonnes de betteraves sucrières. Elle sera également formatée pour traiter des légumes ou des algues et produire jus de fruits et sirops. Mise en service prévue en 2020.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider