phy

Bretagne. Elles sortent d’où ces physalies ?

Don-don-don-don… On se croirait presque dans l’histoire du requin qui sème la panique sur les plages de Floride. Mais ici, les dents de la mer sont des filaments très urticants et le squale a un côté petit gadget ridicule avec sa couleur bleue fluo et son flotteur gonflé d’air qui le retient à la surface comme une brassière dans la piscine. Cette bestiole-là, c’est une cousine des méduses appelée physalie. C’est plus un nom de fée que de sorcière, mais il vaut quand mieux éviter son contact car elle a très mauvaise réputation.

Alors forcément, quand quelques specimens viennent s’échouer sur la côte bretonne, ça fait du reuz sur les réseaux sociaux. Pensez donc : une simili-méduse sa baladant avec des filaments d’un mètre qui peuvent provoquer des allergies de tous les diables, voire même un choc cardiaque, il y a de quoi affoler la blogosphère. Sauf que ces physalies débarquent en Bretagne plus mortes que vives, qu’elles arrivent de très lointaines eaux tropicales et qu’au large des côtes bretonnes, le choc thermique doit être tellement raide qu’elles le sont elles auss. Il ne reste plus au courant qu’à en échouer, parfaitement repérables à leur couleur bleue, et la magie des smartphones et d’internet fait le reste.

L’énorme impact sur la toile est telle qu’on se dit qu’il vaut quand même mieux que ces physalies débarquent à la mi-septembre qu’en pleine saison estivale car leur dégaine fluo et leur réputation cauchemardesque auraient vite fait de prendre des allures de mini-marée bleue sur le tourisme breton. Les spécialistes en tout cas l’affirment : ces échouages de ne sont pas massifs et ne sont pas rares non plus. Quant à la dangerosité, elle est réelle quand les physalies sont en forme olympique mais pas quand elles sont trépassées, avec leurs filaments désactivés et inertes. Vaut quand même mieux éviter le contact et selon les spécialistes, ce sont les zones très sensibles du corps humain, comme les lèvres, qui seraient les plus exposés. Mais faudrait quand même être un peu déjanté pour essayer de bouffer un truc pareil !

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider