trollpiken

Bretagne-Norvège. Après le zizi de Pépé le pénis du troll

L’affaire fait grand bruit en Norvège. Pendant la nuit, le 26 juin, des inconnus ont mis à bas le Trollpikken (le pénis du troll) une formation géologique de forme phallique qui était devenue une attraction touristique. Cet épisode, repris dans de nombreux médias de la planète, rappelle singulièrement un épisode survenu en Bretagne, il y a trente ans tout juste. A Plouescat (Finistère), le zizi de Pépé avait été carrément dynamité en pleine nuit. Et vous trouvez ça troll ?

Visible de loin

A Stavanger, dans le sud-ouest de la Norvège, on n’en est pas encore revenu. Dans cette ville où vit une colonie de Français travaillant dans le secteur du pétrole, tout le monde connaissait bien sûr le Trollpikken que la fantaisie des poussées géologiques avait érigé comme un phallus fièrement dressé et visible de loin. Il avait une belle taille puisqu’il arrivait que des touristes grimpent à plusieurs sur ce rocher singulier pour se faire photographier.

Mais voilà que des âmes heurtées par la forme de cette curiosité géologique ont décidé de commettre un attentat à l’impudeur. En pleine nuit, ils ont abattu le Trollpikken. Le geste ne fait pas de doute : des traces de percement sont visibles sur la roche abattue et l’intention délibérée est donc signée. Des Etats Unis à la Russie en passant bien sur par plusieurs médias français, le fait divers a été repris, d’autant qu’une souscription a été aussitôt lancée pour réparer la pierre outragée. Elle a déjà rapporté environ 20.000 euros !

C’est de la dynamite !

En Bretagne, avec un retentissement beaucoup moins planétaire, a eu lieu le même attentat, le 12 juin 1987. En bordure de la plage de Porsmeur à Pouescat, le zizi de Pépé était là lui aussi depuis des millénaires, un peu anonyme au milieu de dizaines d’autres rochers. Mais sa forme était si ressemblante que depuis les années 70, des plaisantins venaient le repeindre en rouge chaque année pour attirer encore plus l’attention sur sa singulière similarité.

Mais en 1987, pan ! Au beau milieu de la nuit, le zizi de Pépé a sauté ! Carrément à la dynamite, provoquant un gros émoi dans la commune. A l’époque, internet n’existait pas, les réseaux sociaux encore moins et Pépé ne connut qu’une notoriété régionale, bien loin de l’écho planétaire réservé au troll émasculé.

Plouescat et Stavanger devraient s’allier pour lancer un mouvement de défense contre les castreurs qui cassent trop.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider