pesti

Bretagne. Un maire peut-il interdire les pesticides ?

Langouët, charmante petite commune rurale d’Ille-et-Vilaine, est un territoire exemplaire en matière écologique. Elle a déjà son électricité solaire, sa cantine bio, son éco-quartier à énergie basse… Et sur sa carte de visite elle peut désormais ajouter : commune interdite aux pesticides. Son maire, David Cueff, a en effet pris un arrêté municipal bannissant les pesticides à moins de 150 mètres des habitations. C’est donc pratiquement tout son territoire qui est concerné par cette interdiction.

Si elle fait la joie des villageois, elle provoque en revanche l’opposition de cinq agriculteurs locaux, protestant contre cette interdiction qui remet en cause leur activité, en leur tombant dessus du jour au lendemain. Ils affirment en outre qu’ils prennent toutes les précautions pour faire leurs pulvérisations au petit matin ou le soir, en absence de vents. Les deux agriculteurs bio de la commune se disent au contraire très satisfaits de cette mesure.

C’est non en Charente !

Oui mais voilà, un maire peut-il prendre un tel arrêté ? C’est non, si l’on en croit un arrêté préfectoral pris par le préfet de Charente, l’an dernier, dans un épisode similaire. En mars, le maire de la petite commune de Ruelle-sur-Touvre a pris un arrêté interdisant les pulvérisations à moins de 50 mètres des habitations. La FDSEA locale a très vertement réagi auprès de l’élu, face à la brutalité de cette décision, et a saisi le préfet. Lequel a donc décidé d’annuler l’arrêté du maire au motif que cette question ne relève pas de la compétence municipale.

Quel va faire le préfet d’Ille-et-Vilaine ? Pour l’instant, il n’a pas réagi, préférant se donner un peu de temps en estimant probablement que la période électorale n’est pas la plus propice pour lancer des polémiques, comme celle qui a agité la Charente après la décision du préfet d’annuler l’arrêté préfectoral. Une pétition, appuyée par des médecins, a recueilli 30.000 signatures.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider