Bretagne. La crainte de l’heure d’été

On vient d’entrer dans l’heure d’été. A nous les soirées plus longues et les barbecues avant le soleil couchant. C’est cette heure-là qu’une majorité de Français voudraient adopter lorsqu’en 2021, le changement d’heure appartiendra au passé. Une seule et même heure pendant toute l’année, chaque pays conservant la liberté de choisir entre heure d’été et heure d’hiver.

Le choix n’est pas neutre, surtout pour la Bretagne, région française la plus concernée en raison de sa situation géographique, tout à l’ouest de la France, là où le soleil se couche le plus tard toute l’année. Mais celle aussi où il se lève le moins tôt le matin. C’est sans conséquence l’été, mais cela deviendra très préoccupant l’hiver puisque le soleil ne se lèvera pas avant 10 h à Brest ou Quimper et guère plus tôt à Saint-Brieuc ou Lorient. Un scénario qui ne s’est encore jamais produit jusqu’ici, à la faveur d’un changement d’heure, mais qui va devenir réalité si la France choisit l’heure d’été pour toute l’année.

On imagine les conséquences pour certains secteurs d’activité comme la construction et les BTP où il va falloir travailler sous les projecteurs jusqu’à 10 h. Pour tous ceux qui travaillent à l’extérieur, ce sera une heure de plus dans l’obscurité du matin. On peut également s’interroger pour les transports scolaires et les dessertes des écoles où la rentrée du matin se fera forcément de nuit, ce qui ne constitue pas le meilleure gage de sécurité pour les piétons et les deux-roues. Et que dire de l’agriculture où, au handicap de l’obscurité matinale, va venir s’ajouter le décalage de l’horloge interne du bétail de la ferme qui aura l’impression de prendre le p’tit dej’ à 5 h du matin et non plus à 7.

Les conséquences ne sont pas encore mesurables puisque l’heure d’été en hiver n’a jamais eu court. Mais les inquiétudes commencent à poindre dans les secteurs professionnels concernés, sans que pour autant la Bretagne revendicative fasse bloc autour de cette question. Il est vrai que d’autres professions trouvent bien des avantages à l’heure d’été qui prolonge les soirées des terrasses, celles des bars et restaurants qui réalisent souvent, en début de soirée, la meilleure recette de la journée.

Alors, entre les conséquences néfastes pour certaines professions et les avantages palpables pour d’autres, entre les contraintes du travail l’hiver et les recettes des loisirs d’été, la Bretagne est si partagée qu’on se demande si la meilleure solution n’était pas, finalement, le statu quo. Heure d’été et heure d’hiver à tour de rôle. Mais cette fois c’est cuit. En 2021, l’alternance aura vécu.

René Perez
2 Commentaires
  1. Abeguile Gérard

    Et si on mettait la BRETAGNE toute l’année à l’heure d’été de l’ Irlande et du Portugal.

    • Laquittant Jean-Luc

      Et si on mettait la Bretagne toute l’année à l’heure solaire (comme elle était dans mon enfance) de l’Irlande au Portugal. On empêchera personne de commencer le boulot à 4 ou 5h le matin, de déjeuner à 10h de terminer la journée à 14 ou 15h et d’avoir des longues soirées. Plutôt que de changer les heures, il suffit de changer les heures des activités, par secteur, ça revient exactement au même. Mais ça ne m’empêchera pas de vivre à l’heure de la nature et du soleil .

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider