lang

Bretagne. Langoustines, lotte et coquilles sur le podium

Si l’année 2016 a été particulièrement agitée dans le monde agricole breton, du côté de la pêche, en revanche, le moral était plutôt bon, porté notamment par de beaux apports en criée et un prix du carburant en baisse sensible sur la moyenne de ces cinq dernières années.

Le bilan 2016 des criées que viennent de publier les Chambres de commerce confirme qu’effectivement l’année a été très satisfaisante, comme le laissaient déjà supposer les tendances observées dans les ports au cours du premier semestre.

Trois espèces se distinguent et parmi elles, deux d’entre elles sont l’illustration d’une bonne gestion des stocks par les pêcheurs eux mêmes. Il s’agit bien sûr le langoustine et la coquille saint-jacques dont les déchargements atteignent des niveaux élevés sans que le stock en paraisse affecté. La langoustine porte bien son nom de demoiselle du Guilvinec puisque c’est dans ce port qu’elle génère un chiffre d’affaires très florissant, au point que Le Guilvinec avec un résultat proche de 75 millions d’euros (M€) n’est pas très éloigné de Lorient (85 M€), pourtant premier port de France en chiffre d’affaires. Encore un effort des demoiselles et des espèces côtières et Le Guil’ (+1,7 % cette année) décroche le pompon !

De bons prix en criée

A Lorient aussi, comme à Concarneau, la langoustine contribue à la hausse des apports (+2,4%) mais chez les Merlus, c’est la lotte qui prédomine. Sur la côte nord-Bretagne, c’est bien entendu la coquille qui porte les principales ventes des ports costarmoricains et même si les chiffres se tassent à Erquy et Saint-Quay-Portrieux, les apports se situent à un niveau très élevé après une année 2015 qui avait établi des records. A Brest, c’est également la bonne tenue de la coquille Saint-Jacques qui porte la nouvelle criée.

On notera enfin que sur l’ensemble des ports, la hausse du chiffre d’affaire (en pourcentage) est supérieure à celle des apports. C’est la preuve que les prix se sont bien tenus en 2016, à l’instar du port de Roscoff et ses crustacés. Apports en baisse de 8,7 %, chiffre en hausse de 3,1 %.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider