capture-decran-2021-10-29-a-18-00-02

La Bretagne inaugure le distributeur de billets chez le buraliste

Les cigarettes, les jeux à gratter, les timbres-amende… et maintenant les billets. Péaule, dans le Morbihan, est la première commune de France à inaugurer le distributeur de billets installé chez un buraliste. Non point un guichet scellé dans un mur, comme on le voit à l’entrée des banques, mais une borne automatique posée à l’intérieur de l’établissement.

Les clients pourront ainsi se procurer des billets de banque, opération de plus en plus rare dans les communes rurales où les agences bancaires ont peu à peu disparu, Puis ce fut le tour des guichets automatiques, laissant des milliers de communes françaises sans argent liquide à disposition.

Cette installation peut paraître rétrograde à l’époque de la généralisation de la carte bancaire, amplifiée encore par la Covid, y compris pour l’achat d’un simple pain au raisin. On pouvait penser que la carte bancaire, puis maintenant le paiement par téléphone, allaient porter un coup fatal au paiement en espèces. Pas du tout. Le liquide tient toujours la marée, car on en a encore besoin en zone rurale. Avec le marchand de fraises sur le marché, à la fête des écoles, ou pour un baby foot, on ne sort pas sa carte bancaire.

Certaines communes ont même monté des partenariats coûteux avec des organismes de transports de fonds pour faire installer un guichet automatique, hors circuit bancaire. Avec le distributeur de billets chez le buraliste, c’est bien plus simple et moins cher, mais il faudra voir si le système rencontre son public et donc, si ce modèle économique tient la route. Péaule n’est que la première phase d’une expérimentation, lancée par la Confédération des buralistes et la société Lomis, du groupe Securitas. Une vingtaine d’autres communes françaises vont à leur tout être dotées de ce distributeur et d’ici à un an, un bilan sera établi pour voir si ce système a des chances d’être généralisé en France où l’on compte 24.000 buralistes. Ils vendent déjà des produits dits « sensibles » dans leurs magasins qui bénéficient donc d’une certaine protection.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider