gradn-frais

Bretagne. Grand Frais jette un froid

Dans l’univers de la grande distribution, on pensait avoir fait le tour. Avoir tout vu. Mais l’enseigne Grand Frais a apporté un nouveau concept, inconnu jusqu’alors, de la halle de marché s’installant en périphérie des villes avec toute la panoplie allant des fruits et légumes à la fromagerie, en passant par la poissonnerie, l’épicerie, la boucherie, voire même la boulangerie.

Gros émoi dans les villes concernées, comme à Quimper, où l’annonce de l’arrivée de cette enseigne a provoqué des sueurs froides dans le centre-ville où le projet de réfection des halles actuelles a déjà suscité polémiques et frictions. Cela n’a pas empêché Grand Frais de s’installer non loin du centre.

Timide percée en Bretagne

La Bretagne en vérité ne constitue pas la cible privilégiée de cette enseigne, loin de là. A ce jour, on ne compte que quatre implantations contre 48 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, de loin la plus dotée. C’est à Quimper, Cesson-Sévigné et Dinard (Ille-et-Vilaine) ainsi que Saint-Quay-Perros (Côtes-d’Armor) que ces grandes surfaces du produit frais se sont installées en Bretagne, en provoquant toujours les récriminations acides des commerçants des centres-villes.

A Pontivy (Morbihan), la levée de boucliers se fait manifestement plus forte. Les commerçants sont très remontées contre un projet d’implantation. Certains commerçants (marchands de fruits et légumes notamment) estiment qu’ils n’auront d’autre choix que de mettre la clef sous la porte, d’autres anticipent une chute brutale de leur chiffre d’affaires. Et le débat se fait d’autant plus sonore que la question s’est invitée dans la campagne électorale, période faisant toujours office de caisse de résonnance. Toutes les listes candidates sont mises à contribution et, ici, c’est un véritable bras de fer qui est engagé pour faire obstacle à cette implantation.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider