Bretagne. Dans les associations aussi l’emploi vacille

Le Covid porte un rude coup aux entreprises qui résistent comme elles le peuvent face à un scénario jusqu’ici inconnu. Mais dans les associations aussi, le virus secoue sévèrement le secteur et fait planer une ombre sur l’emploi avec des pertes qui pourraient se monter à plusieurs dizaines de milliers de postes.

La Bretagne est particulièrement exposée puisqu’elle figure sur le podium national pour la densité de ses associations mais aussi parce qu’elle est la grande terre des festivals de musique, pourvoyeurs de nombreux emplois dans les structures elle-mêmes mais aussi dans leur environnement immédiat, des intermittents jusqu’au commerce local. L’annulation des Vieilles Charrues, ce sont des millions d’euros perdus pour l’économie carhaisienne.

L’impact est pour l’instant difficile à quantifier mais selon une enquête menée par le réseau Recherches et Solidarité auprès du tissu associatif, 84 % des associations ont annulé un ou plusieurs événements. Ils sont pourtant vitaux pour nombre d’associations qui ne vivent que des ressources que procurent les manifestations qu’ils organisent et qui, pour beaucoup, vont entrer dans l’hiver avec des trésoreries à sec ou de faibles réserves. Celles qui ont des salariés sont encore plus impactées même si l’incidence ne se fait pas encore sentir. Il y aura un effet de retard mais selon le réseau Recherches et Solidarité, ce ne sont pas moins de 60.000 emplois qui pourraient être victimes du virus.

Mais les associations doivent également faire face à d’autres écueils comme la perte de bénévoles, surtout ceux de plus 65 ans, particulièrement nombreux dans tout le réseau associatif et qui sont tentés de prendre du recul pour toutes les raisons que l’on connaît. Même ombre au tableau avec la baisse du nombre d’adhérents dans de nombreuses structures (donc baisse des recettes) et la multiplication des problèmes pratiques, allant des masques jusqu’aux désinfections des vestiaires, qui risquent fort de laisser sur le carreau les associations les plus fragiles. Les autres sortiront renforcées de cette très rude épreuve, au nom du vieil adage qui dit que tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider