artichaud

Bretagne. Les agriculteurs parlent aux consommateurs

Au hit-parade des loquaces, des verbeux et des bavards, les agriculteurs sont loin du podium. De leur métier, où ils sont plus proches de la nature que de leurs congénères, ils ont acquis une solide réputation de taiseux. C’est sans doute aussi la raison pour laquelle leurs modes d’expression collectifs sont parfois éruptifs, version volcan qui soudain se réveille…

Mais il faudrait que les « taiseux » s’expriment et prennent plus souvent la parole pour parler de la réalité de leur métier et de la façon dont ils l’exercent dans un environnement complexe. C’est l’association « Agriculteurs de Bretagne » qui le dit elle-même. Créée il y a cinq ans, elle s’est donné pour mission d’aller à la rencontre du grand public et de démontrer que le monde paysan n’a pas seulement pour vocation de nourrir les gens. Il a aussi une rôle économique vital dans les zones rurales qui doit inciter les consommateurs à en prendre conscience et à les soutenir.

Etre plus présents

sur les réseaux sociaux

Depuis cinq ans, donc, cette association multiplie les initiatives pour mettre en avant l’agriculture régionale. Des opérations fermes ouvertes, dont le succès va croissant, au Trophée Jules Verne avec Joyon en passant par les foires, les salons et même les Vieilles Charrues, « Agriculteurs de Bretagne » a multiplié les opérations.

Mais en ces temps de crise touchant presque tous les secteurs agricoles, l’association veut aller encore plus loin en incitant l’ensemble du monde paysan à prendre la parole dès qu’un événement en donne l’occasion pour parler du mêtier et répondre aux attentes des consommateurs qui veulent savoir ce qu’il y a dans leur assiette et comme cela a été produit. De sondages récents montrent à la fois ce besoin de transparence alimentaire mais aussi les choix que sont prêts à faire les consommateurs en arbitrant en faveur de produits locaux à la traçabilité bien établie.

Alors il faut aller à la rencontre du public et l’association entend même proposer des stages de prise de parole pour les agriculteurs qui le souhaitent. Mais elle considère aussi que sur les réseaux sociaux, la profession n’occupe pas assez d’espace, en laissant trop s’exprimer les détracteurs des agriculteurs bretons sans leur donner la réplique qui s’impose. C’est au prix de toutes ces initiatives, considère l’association, que les consommateurs accepteront de payer quelques centimes de plus pour un produit de qualité et à la traçabilité garantie.

Bretagne Bretons
1 Commentaire
  1. LE PALUD

    C’est vrai, nous habitons eu campagne au cœur du Morbihan et, sans agriculteurs, je me demande à quoi ça ressemblerai

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider